Accueil EconomieAfrique Gabon > Finances: L’État premier débiteur de la CNSS (89 milliards de Fcfa) selon le directeur général de la CNSS

Gabon > Finances: L’État premier débiteur de la CNSS (89 milliards de Fcfa) selon le directeur général de la CNSS

Sur la page Facebook de la caisse nationale et sociale (CNSS), le directeur général de cette structure, Patrick Ossi Okori, fait une déclaration pour justifier les difficultés liées au bon fonctionnement de la CNSS. Ainsi, il affirme que «l'État doit à la CNSS 89 milliards de Fcfa»

Par panorama
0 commentaire

Par Gabrielle Mekoui 

Selon Patrick Ossi Okiri, le bon fonctionnement de la CNSS est plombé à cause des créances dont le recouvrement piétine. Parmi ses débiteurs, l’État en est le principal avec une dette de 89 milliards de Fcfa. « Le premier débiteur de la CNSS, c’est l’État. L’État doit à CNSS 89 milliards de Fcfa», a déclaré le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) dans une interview publiée sur la page Facebook de l’organisme de sécurité sociale. 

Il faut noter que ces 89 milliards de Fcfa  représentent les différentes arriérées de cotisations cumulées à travers la main-d’œuvre non permanente, les sociétés d’État, la task force, la cession des hôpitaux et les cotisations courantes, déclare Patrick Ossi Okori, sans pour autant préciser quand cette créance a été constituée.

Cependant, il affirme qu’une partie de la dette de l’État a commencé à être recouvrée grâce à la signature de deux conventions avec l’État de 21 milliards de Fcfa sur la main-d’œuvre non permanente et de 39 milliards Fcfa  sur les sociétés d’État. Mais il n’est mentionné nulle part si les sommes objets de ces conventions sont comprises dans la dette de 89 milliards de Fcfa. Dans ces conventions, l’État s’engage à verser 6 milliards de Fcfa par an à la CNSS pour apurer sa dette, indique le directeur général.

« Nous avons pris ces conventions et nous avons proposé aux banques de les racheter et de s’occuper du recouvrement de ces dettes. La première convention a été liquidée. Ce qui nous a permis d’apurer les crédits bancaires. On est passé de 55 milliards de Fcfa de crédits spot à 21 milliards de Fcfa. Nous avons aussi liquidé les nouveaux droits à hauteur de 11 milliards », explique Patrick Ossi Okori.

Puis, « la deuxième convention a été rachetée par Ecobank à hauteur de 15 milliards de Fcfa et Orabank à hauteur de 21 milliards de Fcfa». Ces deux banques s’engagent à mettre à la disposition de la CNSS de la liquidité pour faire face aux engagements de pensions et au salaire, avant de recouvrer par la suite cet argent auprès l’État, apprend-on.

Il faut dire que la dette de l’État envers la CNSS et d’autres facteurs y sont pour beaucoup dans les difficultés rencontrées (retards de paiement des salaires des employés de la CNSS ainsi que des pensions retraites) par cette structure ces dernières années. Et selon Patrick Ossi Okori, si les engagements pris par l’État ne sont pas respectés, la CNSS pourrait être en cessation de paiement d’ici juillet 2022.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un Commentaire

About Us

 

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous disposons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

 

 

  

NOUS CONTACTER

revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie