Home Société Afrique Gabon > Fronde Gouvernement#Syndicat: Malgré les menaces les enseignants ne lâchent pas prise
Afrique - 9 décembre 2021

Gabon > Fronde Gouvernement#Syndicat: Malgré les menaces les enseignants ne lâchent pas prise

Les enseignants sont en grève illimitée depuis octobre 2021 représentant le début de la rentrée scolaire 2021-2022. Malgré les menaces du gouvernement, ils ne plient pas.

En effet, depuis plusieurs années les enseignants n’ont cessé de se plaindre de leurs conditions de vie. Ils ont ainsi décidé de procéder par une grève illimitée depuis le début de cette rentrée scolaire pour trouver solution à leurs revendications au près du gouvernement. Ils revendiquent le recrutement de nouveaux enseignants dans la fonction publique, les avancements et les reclassements des enseignants suspendus depuis quelques années, ainsi que le paiement des rappels de soldes entre autres. Mais le gouvernement face à ce mouvement de grève qui persiste à décider de procéder par certaines mesures dissuasives telles que le payement par bon de caisse pour un premier temps, puis la suspension des salaires des grévistes et la radiation des absentéistes du corps enseignant du secteur public dans un second temps.

Cependant; le Syndicat de l’éducation nationale (sena) semble ne pas être inquiété et maintient son mot d’ordre de grève illimitée. « Les enseignants désabusés attendent des réponses concrètes. Votre projet de radier les enseignants relève de la pure démagogie », a déclaré Fridolin Mve Messa, secrétaire général du sena. Déclaration faite le 7 décembre dernier au cours d’un point de presse quelques temps après la sortie du gouvernement contre les grévistes.

Selon les grévistes; ils sont dans leur droit et ils estiment être en règle avec l’observation de la loi c’est-à-dire que leur action est légitime. «La grève n’est ni une faute professionnelle, ni un délit encore moins un crime », a rappelé Fridolin Mve Messa, porte-parole de la coalition des syndicats grévistes.

Ces derniers estiment que les chiffres avancés dans le traitement des dossiers de régularisation ne sont pas fondés. « Contrairement aux 390 dossiers non traités, annoncés par le conseiller du ministre, il reste en réalité 682 dossiers en attente, sans compter ceux des promotions 2015 et 2020 », s’est indigné le secrétaire général du sena.

Par ailleurs, les enseignants révoquent la thèse soutenue par le gouvernement. Car le gouvernement pense que cette grève cacherait un mouvement politique. « Cette allégation sans fondement est un aveu d’incapacité du gouvernement à trouver des solutions aux revendications légitimes posées par notre regroupement. Ce disque qui nous a toujours été servi à pareil moment est déjà rayé, il est donc temps pour le gouvernement de changer de paradigme », a déclaré Fridolin Mve Messa.

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Minfi: Louis Paul Motaze suspend un agent

Par Antoine Bivana La décision fait actuellement les gorges chaudes au Minfi. « Monsi…