Home Société Afrique Gabon > Putsch manqué de 2019: Sanction lourde pour Ondo Obiang et co-accusés
Afrique - 1 juillet 2021

Gabon > Putsch manqué de 2019: Sanction lourde pour Ondo Obiang et co-accusés

L’audience de la Cour Spéciale Militaire qui a débuté depuis le 18 juin  dernier, va connaître ce mercredi son épilogue avec les plaidoiries des avocats, les réquisitions du Procureur de la République, enfin le délibéré de la Cour.

Kelly Ondo Obiang et co-accusés avaient été arrêtés et  incarcérés à la prison centrale de Libreville après leur tentative de coup d’Etat manquée en janvier 2019. Ils avaient essayé de déstabiliser le pays sur les ondes de la Radio-télévision gabonaise (Rtg), en appelant la population au soulèvement, disant vouloir sauver le pays du chaos. Mais la population n’avait pas suivi cet appel.

Depuis le 18 juin dernier, ils comparaissent devant la Cour spéciale militaire. Ou ils vont passer tour à tour à la barre pour être entendus afin de connaitre leurs réelles motivations et intentions. Kelly Ondo Obiang, la tête de fille, le leader du gang bref le  meneur de cette tentative de coup d’Etat, va affirmer devant la cour qu’il avait agi pour empêcher Frédéric Bongo, directeur général des services spéciaux, et frère du président de la République, de prendre le pouvoir par les armes. Tout ceci survient pendant la convalescence du chef d’Etat Ali Bongo  au Maroc suite d’un accident cérébro-vasculaire. Egalement à la suite de la nomination en octobre 2019 de Frédéric Bongo comme attaché militaire à l’ambassade du Gabon en Afrique du Sud. 

Kelly Ondo Obiang et co-accusés devant la barre

Ce 1er juillet, la  Cour  a rendu son verdict ; il en sort que le Lieutenant Kelly Ondo Obiang, les Adjudants Dimitri Nze Mekom et Bidima Manongo ont été reconnus coupables de “vol, association de malfaiteurs, séquestration, atteinte à la sûreté de l’Etat”. En plus ils sont condamnés à 15 ans d’emprisonnement ferme, et à 31 millions de dommages intérêts.  Ils sont par la même occasion radiés de l’armée.

Cependant, la cour va déclarer les six autres co-accusés non-coupables du crime de complicité d’atteinte à la sûreté de l’État. Il s’agit du  Sergent-chef Alain Abdel Ango, de l’Adjudant Paul Sadibi Ibinga, du  Maréchal de Logis Chef -major Armelle Ulrich Afana Ango, du Maréchal de Logis chef Bell Mfoumbi Wora, du  Maréchal de Logis Chef Guy Roger Mintsa et du Maréchal de Logis chef Gille Yoka. Ces derniers sont libres et sortiront aujourd’hui une fois les formalités d’usage remplies.

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Incendie dans un appartement: Une femme enceinte et sa fillette calcinées

Par Gabrielle Mekoui Un début d’après-midi sombre pour la famille des victimes et les popu…