Home Economie Afrique Gabon > Vie chère: La Dgcc met une stratégie de dénonciation sur pied
Afrique - 13 juillet 2021

Gabon > Vie chère: La Dgcc met une stratégie de dénonciation sur pied

Après des abus et fraudes à répétition sur les produits de première nécessité, la Dgcc   a décidé mener une bataille contre tous ces contrevenants apprend on dans un communiqué signé  le 8 juillet 2021.

Sous tutelle du ministère de l’économie et de la relance; la Direction générale de la concurrence et de la consommation (Dgcc) voit le jour en août 2004 avec pour but de veiller à la régulation concurrentielle des marchés et d’assurer la protection économique et la sécurité des consommateurs. Le consommateur étant l’élément majeur car il faut éviter son asphyxie et aussi tenir compte de toutes les couches sociales (du consommateur démuni au consommateur nanti).

Comme il est question du consommateur; la Dgcc qui a pour soucis de le préserver de la vie chère frauduleuse, elle vient de mettre à sa disposition des mécanismes de dénonciation. Telqu’un numéro court qualifié de numéro vert pour sa gratuité  (8085), pas besoin d’avoir du credit de communication juste un téléphone. Également un numéro WhatsApp  (+24161000193), ce dernier nécessitant un crédit de connexion internet et enfin une page Facebook où tout consommateur pourra venir dénoncer les fraudes et/ou abus dont il a été victime ou témoin. Voilà en quelque sorte les points centraux du communiqué de la dgcc signé en date du 8 juillet dernier. 

En effet; toutes ces mesures surviennent après la rencontre tenue le 17 juin dernier sur l’augmentation des prix de certains produits de première nécessité. Étaient conviés à cette rencontre les ministres du Commerce, Hugues Mbadinga Madiya; de l’Économie, Nicole Jeanine Lydie Roboty Mbou et les opérateurs économiques. Il était question de rappeler les opérateurs économiques sur le respect des prix homologués. 

 La  Dgcc, espère tirer profit de ces canaux de communication présents dans le quotidien des consommateurs. Il y va de l’intérêt du consommateur. 

« Cela grâce aux actions d’identification des auteurs de fraudes qui permettront à la DGCC d’effectuer un meilleur contrôle sur les dérapages constatés dans la commercialisation des produits de première nécessité, notamment les produits de fabrication locale, les huiles, le sucre, le riz, les produits laitiers, la volaille ou le poisson »,

renseigne le communiqué. 

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Pédophilie, viol et contamination au VIH

Cameroun : L’abbé Emilien Messina interdit d‘exercice Par Atogo’togo Junior «Moi, Monseign…