Home Politique Afrique Guinée > Coup d’Etat: la Cedaeo suspend le pays et exige la libération du président Alpha Condé
Afrique - 9 septembre 2021

Guinée > Coup d’Etat: la Cedaeo suspend le pays et exige la libération du président Alpha Condé

La Cédéao a suspendu la Guinée Conakry de ses organes de décision en réponse au coup d’Etat.

Une action qui a été fermement condamné dimanche dernier par les Nations Unies, l’Union africaine et la communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Les dirigeants de la Cédéao « ont exigé le respect de l’intégrité physique du président Alpha Condé », renversé par les putschistes ainsi que sa « libération immédiate »  et celle de toutes les personnes interpellées, ont-ils ajoutés. Ils réclament également que les militaires « mettent en place un processus qui permettra d’arriver très rapidement à un retour à l’ordre constitutionnel normal ».

La Cédéao se retrouve ainsi dans une situation comparable à celle qu’elle a connue après le putsch d’août 2020 au Mali voisin. Elle avait alors suspendue le pays de l’organisation, mais aussi prise des sanctions économiques, comme l’arrêt des échanges commerciaux sauf pour les produits de première nécessité, et la fermeture des frontières. Ces sanctions avaient été levées à la suite de l’engagement des militaires maliens sur la voie d’une transition de dix-huit mois maximum, pour rendre le pouvoir à des dirigeants civils issus d’élections.

Ils ont également annoncé l’envoi d’une mission de haut niveau en Guinée dès demain jeudi pour discuter avec les nouvelles autorités, en précisant que c’est à l’issue de cette mission que la Cedeao devrait pouvoir réexaminer ses positions.

A l’ouverture des travaux, le président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et du gouvernement de la Cedeao, le président ghanéen, Nana Akufo Addo avait salué la promptitude des chefs d’Etat qui ont permis la tenue de cette réunion, « signe de leurs engagements fort vis-à-vis des objectifs de leur organisation régionale ».

Selon le président Nana Akufo Addo cité dans un communiqué de la présidence du Burkina Faso, cette rencontre a pour but d’examiner « l’incident regrettable survenu en Guinée », Conakry en vue de déterminer « une réaction commune à cette entorse aux principes de gouvernance que nous avons adoptés ».

Rappelons que Dimanche dernier, des militaires dirigés par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya ont arrêtés le président Alpha Condé réélu en octobre 2020 pour un 3ème mandat fortement contesté.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Etats-unis > San Antonio-Texas : sur les traces du meurtre des 19 élèves

Par Rostand Tchami L’ado, en conflit familial, isolé et en décrochage scolaire a acheté de…