Home Société Afrique Histoire > Révélation : Restituer la vérité aux Africains et au monde(ndlr)
Afrique - Europe - 22 juin 2021

Histoire > Révélation : Restituer la vérité aux Africains et au monde(ndlr)

Comment le premier document de chirurgie de l’histoire rédigé par Imhotep et des médecins africains a pris le nom d’une personnalité anglaise .

Le travail de recensement des papyrus et documents historiques africains, dérobés et baptisés de noms européens est lancé ce jour. Objectif: informer les Africains et faire débaptiser ces noms. Cette série débute par un papyrus de première importance, celui qui est désormais appelé, après une démarche d’usurpation, papyrus « Edwin Smith ».

Il est, selon plusieurs sources consultées par Futura Sciences et figurant dans diverses revues, le plus ancien document connu traitant de chirurgie. Sa rédaction fut achevée vers 1500 avant notre ère, sous les XVIe et XVIIe dynasties, à la Deuxième Période intermédiaire de l’Égypte antique, à Kemet, terre africaine.

Son contenu traite de chirurgie de guerre, résultant notamment des diagnostics des batailles de Meggido, racontées par Tjaneni (première chronique de guerre de l’Histoire) et bien d’autres, décrivant quarante-huit sortes de blessures, fractures, luxations ou tumeurs et leur traitement ( méthodes pour fermer les blessures par des sutures et l’utilisation du miel pour prévenir les infections.

Il contient également la première description connue des sutures crâniennes (bandes de tissus fibreux soudant les os du crâne), la surface du cerveau et le liquide cérébrospinal, etc).
Ce document, de première importance dans l’histoire médicale, est présenté comme l’une des premières approches rationnelles et scientifiques de la médecine.

Ce document a fait l’objet de citations par des auteurs tels que Théophile Obenga, Thierry Mouelle, Anton Amo, Antenor Firmin, etc. Il fera partie des références d’un ouvrage en cours de finalisation intitulé : L’Afrique des Premières ! Le Génie d’un Continent pour le Monde.

Nous avons pris l’engagement de restituer la vérité aux Africains et au monde, de permettre que cette histoire soit enseignée dans les 54 pays africains et auprès de la Diaspora africaine, et surtout, de faire changer ces noms d’usurpateurs sur ces documents fondamentaux de l’histoire de l’humanité.

Abdelaziz Moundé Njimbam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Magouille autour des visas: L’Ambassade d’Allemagne décline toute responsabilité

Par Antoine Bivana En cas de paiement, l’Ambassade d’Allemagne invite les usagers à faire …