Accueil Opinion Lutte contre le terrorisme en Afrique: Les pays occidentaux en pompiers-pyromanes

Lutte contre le terrorisme en Afrique: Les pays occidentaux en pompiers-pyromanes

Par panorama
0 commentaire 170 vues

Par Éric Boniface Tchouakeu

Le 16 août 2022, le Ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop, a adressé au Conseil de Sécurité des Nations Unies, une lettre dans laquelle, il accuse la France de soutenir des groupes djihadistes dans son pays.
Le Gouvernement malien réclame une réunion en urgence de cette instance onusienne pour faire cesser ce qu’il considère comme des « actes d’agression » de la France sous forme de violations de sa souveraineté, de soutien apporté aux groupes terroristes et d’espionnage.

Les autorités maliennes affirment détenir des preuves de la violation par la France, de son espace aérien à plusieurs reprises, ou encore de la livraison par l’ancienne puissance colonisatrice, des armes à des combattants djihadistes dans le dessein de déstabiliser le Mali. Pour sa part, Paris rejette les accusations formulées par Bamako. Sur son compte Twitter officiel, l’Ambassade de France au Mali, déclare que la France est intervenue dans le pays à la demande des autorités maliennes de 2013 à 2022, pour lutter contre les groupes terroristes et qu’elle n’a jamais soutenu directement ou indirectement les groupes djihadistes.

Elle ajoute que jusqu’au départ de la force de l’opération Barkhane du Mali le 16 août 2022, la France était considérée comme l’ennemi numéro un, par les groupes terroristes.
La représentation diplomatique française au Mali souligne par ailleurs que Paris a libéré de nombreuses villes maliennes qui étaient tombées entre les mains des terroristes. La France a aussi perdu 53 soldats et neutralisé des centaines de djihadistes dont les leaders des groupes, précise encore la mission diplomatique française en place à Bamako.
Il revient maintenant en théorie au Conseil de Sécurité de l’ONU de servir d’arbitre entre le Mali et la France au regard des déclarations contradictoires des deux parties. Le Mali ne siège pas dans cette instance, au moins comme membre non permanent en ce moment, au contraire de la France qui y est présente de façon permanente avec un droit de véto. Il est donc peu probable que le Conseil de Sécurité puisse se réunir sur le sujet comme le souhaite Bamako, sauf si un pays qui y siège le réclame à son tour. Il est aussi quasi impossible pour le Mali d’obtenir une décision favorable de cette instance au cas où elle venait même à se réunir pour se prononcer sur sa demande. Mais l’acte posé par ce pays de l’Afrique de l’Ouest est déjà significatif, tout au moins du point de vue de la communication. Il faut globalement situer cette démarche dans le contexte de rupture qui caractérise les relations entre le Mali et la France depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel régime à Bamako en 2020. Mais au demeurant, il convient aujourd’hui de véritablement questionner le rôle et l’intérêt des pays occidentaux dans la lutte contre le terrorisme en Afrique.

Au Cameroun par exemple, une certaine opinion accuse la France de soutenir discrètement la secte terroriste d’origine nigériane, Boko Haram, qui mène régulièrement des attaques dans la région de l’Extrême-Nord du pays depuis 2013.
Malgré les multiples démentis de Paris qui met souvent en avant, les appuis multiformes qu’elle apporte au pays et à d’autres États touchés par les attaques de Boko Haram, Christine Robichon, alors Ambassadeur de la France au Cameroun, avait été huée par la foule le 28 février 2015 à Yaoundé, alors qu’elle voulait participer à une marche contre la secte.
On ne cessera jamais de s’interroger sur la provenance des armes utilisées par les groupes terroristes et la relative incapacité des pays fournisseurs des aides notamment militaires, principalement les pays occidentaux qui jouissent pourtant d’une grande supériorité en dépit de la forme du conflit, pour venir à bout des djihadistes sur le continent noir, même lorsqu’ils en viennent à y déployer des troupes.

Éric Boniface Tchouakeu

De plus en plus, de nombreux Africains pensent que les gains recherchés par les pays occidentaux impliqués dans la lutte contre le terrorisme sur le continent, sont largement au delà du triomphe de leur civilisation, et l’anticipation sur des potentielles menaces de leur propre sécurité.
En tout cas, telles que les choses se présentent aujourd’hui, le rôle des pays occidentaux dans la lutte contre le terrorisme en Afrique apparaît ambivalent.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 28 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie