Home Economie Afrique Mali: La transformation des produits locaux initiée par des mères au foyer
Afrique - 6 mai 2021

Mali: La transformation des produits locaux initiée par des mères au foyer

Des  denrées alimentaires sur les marchés de Gao sont devenues non seulement  un lux a cause de leur coût élevé mais aussi de leur absence. C’est ainsi que des femmes font se regrouper en petit groupe pour se lancer dans de petites activités agroalimentaires. Elles espèrent nouer des  partenariats financiers pour sortir de l’informel.

C’est suite à la hausse des prix des produits que plus de la moitié des femmes de Gao dans le nord du Mali dont les familles sont fragilisées par des conditions de vie difficiles, ont entrepris de se tourner vers l’agroalimentaire. Parmi les produits qu’elles proposent, des spécialités locales comme le monicourou, l’akassa, le kilichi ou encore le diouka, avec pour principaux clients des étrangers et des ONG travaillant dans la ville.

« Je me suis lancée dans ce métier pour aider ma famille, surtout les enfants, parce que la vie est devenue chère ici. Et nous les femmes on a un rôle à jouer financièrement », a expliqué l’une d’elles à RFI.

Apres les opérations militaires menées à Gao en 2012, la région va connaitre une insécurité  alimentaire. Les produits tels que le sorgho, le mil et le maïs sont devenus rares, et les prix des denrées de base ont pratiquement doublé sur les marchés. Les combats de l’époque avaient occasionné la fermeture des routes et le départ des principaux acteurs économiques, rendant difficile l’approvisionnement en denrées. C’est ainsi que ces mères de familles se sont vues obligées de se lancer dans l’entrepreneuriat. Elles contribuent désormais à la vie socioéconomique de la région ; leur indépendantes financièrement leur permet de  prendre en charge leur famille tel que la scolarisation de leurs enfants et la nutrition de la famille. « La population de Gao apprécie vraiment ces produits. Et ce travail contribue à l’autonomisation des femmes », a fait savoir Lala Maïga, présidente de la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO).

Mais leur activité rencontre de nombreux problèmes liés à l’état des route pour l’approvisionnement, le manque de moyens de locomotion, la concurrence et également l’absence d’équipement pour un rendement  meilleur en qualité et en quantité. C’est pourquoi elles se sont constituées en coopératives pour pouvoir bénéficier des financements ou crédits facilement.

Gabrielle Mekoui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Cameroun > Cinquantenaire de l’unité nationale en moins de 50 minutes: La nécessité de la réforme du format et du contenu.

Par Éric Boniface Tchouakeu A Yaoundé, la parade civile et militaire présidée par le Chef …