Accueil SociétéAfrique Mali > Opération militaire à Kidal: Bastion de la rébellion touareg

Mali > Opération militaire à Kidal: Bastion de la rébellion touareg

L'armée malienne a pris la ville stratégique de Kidal (nord) aux séparatistes touareg après des années d'absence de ce qui était un enjeu majeur de souveraineté pour l'Etat central, ont annoncé mardi le chef de la junte au pouvoir et l'armée.

Par panorama papers
0 commentaire 6.2K vues

Par Julie Peh

Si elle est confirmée, la prise de Kidal est un succès symbolique significatif pour les colonels qui ont pris en 2020 la direction de ce pays confronté depuis 2012 à une crise sécuritaire et politique profonde. Elle parachève une offensive terrestre et aérienne lancée en fin de semaine passée. Aujourd’hui nos forces armées et de sécurité se sont emparées de Kidal”, a annoncé le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, dans un message lu au cours d’un flash spécial à la télévision d’Etat. Un haut responsable du Cadre stratégique permanent (CSP), alliance de groupes rebelles armés, a paru reconnaître la perte de Kidal.

“Nous continuons notre lutte pour l’honneur et la dignité de notre peuple avec plus de détermination. C’est la fin d’un épisode mais le feuilleton vient juste de commencer”, 

a-t-il déclaré sous le couvert de l’anonymat.

L’étendue du contrôle exercé sur place par l’armée n’est pas claire. Les autorités n’ont pas diffusé d’image. La collecte et la vérification de l’information est compliquée par l’impossibilité d’accéder au terrain. Les rebelles séparatistes ont fait couper vendredi le réseau de téléphone alors que l’armée progressait vers la ville.

 Un vieil aiguillon 

Kidal, foyer historique des insurrections indépendantistes et carrefour sur la route de l’Algérie situé à plus de 1.500 km et 24 heures de route de la capitale Bamako, s’est vidée d’une grande partie de ses quelques dizaines de milliers d’habitants, indiquent des messages postés sur les réseaux sociaux. Deux officiers ont indiqué sous le couvert de l’anonymat que les rebelles avaient quitté la ville quand les soldats y sont entrés. Un autre officier a déclaré que l’armée contrôlait en particulier la piste aérienne et le camp récemment évacué par la mission de l’ONU. L’armée et l’Etat maliens n’avaient quasiment pas repris pied à Kidal depuis mai 2014. Les forces maliennes en avaient alors été chassées quand une visite du Premier ministre de l’époque, Moussa Mara, avait donné lieu à des affrontements avec les rebelles touareg, qui avaient causé de lourdes pertes dans les rangs de l’armée.

Les rebelles, qui s’étaient soulevés deux ans plus tôt en même temps que les salafistes, avaient accepté un cessez-le-feu avec le gouvernement quelques jours après. Ils faisaient régner la sécurité et l’ordre à Kidal depuis lors. Les jihadistes, eux, ont continué à combattre l’Etat malien et toute présence étrangère, et étendu leurs agissements au centre du Mali et aux pays voisins. Les séparatistes ont repris les hostilités en août. Le retrait de la mission de l’ONU (Minusma), poussée vers la sortie par les autorités maliennes, a déclenché une course au contrôle du territoireentre les acteurs armés du nord (armée, séparatistes, jihadistes).

L’Etat malien a signifié de longue date sa détermination à reprendre Kidal. L’insoumission de Kidal et de sa région, où l’armée a subi de multiples défaites entre 2012 et 2014, était un motif ancien d’irritation à Bamako, y compris pour le pouvoir actuel qui a fait de la restauration de la souveraineté territoriale sa mission.

“Libérateurs”

En décrochant de Kidal le 31 octobre, la Minusma a créé un appel d’air. Une importante colonne militaire stationnée depuis début octobre à Anéfis, à environ 110 km au sud, s’est mise en branle en fin de semaine passée en direction de Kidal. Elle a subi en route les attaques des rebelles. Aucun bilan humain et matériel n’a pu être établi de sources indépendantes. Le colonel Assimi Goïta a parlé de “lourdes pertes” infligées à l’ennemi.

“Notre mission n’est pas achevée. Je rappelle qu’elle consiste à recouvrer et à sécuriser l’intégrité du territoire”, a-t-il dit.

Avec Afp

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, États-Unis d’Amerique;
  2. E-mail: info@panoramapapers.com
  3. Tél.: +17707561762, +17035012817 
  4. Bureau AfriqueBP. 35144 Rue ambassade du Royaume de Belgique, Yaoundé-Bastos, Cameroun (+237) 699460010

Revue de presses du 01 12 2023

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x