Home Société Afrique Rca > Minusca: La participation du Cameroun en revue
Afrique - 16 août 2021

Rca > Minusca: La participation du Cameroun en revue

Le général de Corps d’Armée Sidiki Daniel Traoré, Commandant Minusca était en terre camerounaise pendant 72 heures à cet effet.

La visite du patron opérationnelle de la Minusca, le Burkinabè Sidiki Daniel Traoré,  accompagné d’une délégation de 3 personnes, a eu trois temps forts au cours de Son séjour. Arrivé au Cameroun le jeudi 12 août 2021, il est reçu en audience le lendemain par Joseph Beti Assomo et le Chef d’Etat-major des Armées, René Claude Meka, et les responsables chargés du suivi du contingent camerounais. Au cabinet du patron de la Défense camerounaise, le Commandant de la Minusca a été briefé sur les tenants et les aboutissants de l’engagement du pays en Rca.

« L’intérêt du Cameroun pour la paix en Rca est une constante politique de notre président, le chef des Forces armées du Cameroun, Son Excellence Paul Biya. Tout ce qui se passe en Rca, tout ce qui peut survenir comme soubresauts, comme difficultés sécuritaires dans ce pays, nous concerne. Nous en subissions inévitablement l’onde de choc »,

a-t-il confié à son hôte.

Bien plus encore, il a indiqué que du fait de la densité des échanges entre les deux pays, il est hors de question de laisser « ce pays frère » sombrer dans l’insécurité. En ce qui concerne la contribution des troupes au sein de la Minusca, Joseph Beti Assomo a révélé que c’est depuis huit ans d’affilé que le Cameroun envoie des contingents dans ce pays voisin.

« Nous sommes en train de préparer le huitième bataillon consécutif de notre armée. Ces casques bleus qui iront en Rca sont en préparation pré déploiement à Motcheboum. Les unités de police et de notre gendarmerie sont également en préparation. Ils seront en Rca en septembre pour la huitième année consécutive »,

a-t-il dit in extenso.

Le Mindef n’a pas occulté la question de la logistique des troupes camerounaises au sein de la Minusca.

« Nous sommes en train de renouveler l’ensemble de nos équipements. Le matériel que nous avons déjà utilisé depuis cinq ou six ans ont fait leur temps et conformément au cahier de charges, nous avons procédé à l’acquisition du matériel neuf »,

a déclaré le ministre avec une once de satisfaction.

Dans la foulée, il a précisé que le convoiement de ce matériel a déjà commencé et devrait s’achever dès la fin de cette année. Avant de se séparer de son hôte, il lui a réitéré l’assurance de « la pleine détermination et de la disponibilité du président Paul Biya » à continuer d’œuvrer au sein de la Miniusca pour une paix définitive au pays d’Archange Touadera. Juste après le cabinet du Mindef, le Commandant de la Minusca a été accueilli par le Chef d’Etat-major des Armées, René Claude Meka, et les responsables chargés du suivi du contingent camerounais.

Le troisième point au programme du séjour du  général de Corps d’Armée Sidiki Daniel Traoré a été la visite samedi dernier du Centre de perfectionnement aux techniques de maintien de l’ordre (Cptmo) d’Awae, où l’officier général après avoir fait le tour de l’institution, a assisté à des démonstrations d’exercices de maintien de l’ordre de l’unité camerounaise de police constituée en cours de formation dans ce Centre.

Le Cameroun et le maintien de la paix en Rca

En recevant le patron de la Minusca, Beti Assomo a saisi la circonstance pour faire l’historique du maintien de la paix dans ce pays voisin du Cameroun sur son flanc est. Il a de ce fait rappelé que le pays de Paul Biya était là dès le début des convulsions socio-politiques et sécuritaires. Pour commencer, il a affirmé que les officiers camerounais tenaient les manettes du commandement au sein des premières opérations.

« Nous avons dirigé à l’époque la Force multinationale de l’Afrique centrale (Fomac) qui avait été instituée par les chefs d’Etat de la Ceeac pour voler au secours de la Rca dont les institutions étaient en train de s’effondrer. Nous avons fait ce travail à travers l’un de nos éminents officiers généraux, en l’occurrence le général Tchemo Hector Marie, actuellement Major général de l’Etat-major de l’Armée du Cameroun »,

a-t-il explicité.

Par la suite, l’Union africaine a pris la relève en mettant en place la Mission intégrée de la stabilisation de la Rca (Misca).

Encore ici,  » nous avons assuré le commandement à titre transitoire et intérimaire à travers le Major général Hector Tchemo, et par la suite le général de division Martin Chomu Tumenta de regrettée mémoire aujourd’hui « ,

a précisé le Mindef

Jusqu’à là, la crise était loin de se résorber. C’est pourquoi le Conseil de sécurité de l’Onu s’est à son tour saisi du dossier et on est passé de la Misca à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca). C’est le général de division camerounais Martin Chomu Tumenta qui avait commencé avec le commandement de cette mission mais la mort a mis fin à sa mission. Après ce rappel historique, il a soulevé le voile sur la préparation des contingents camerounais qui intègrent la Minusca.

« Pour mieux préparer nos hommes, le chef de l’Etat a décidé de la création d’un Centre de préparation pré déploiement qui fonctionne dans la localité de Motcheboum à 200 km à l’est de Yaoundé. Nous avons déjà reçu des visites d’inspection venant des dirigeants en charge de la sécurité du maintien de la paix de l’Onu, qui sont venus vérifier la viabilité et la fiabilité de ce Centre »,

s’est-il confié avant de souffler que le dossier est en bonne voie.

Il est allé plus loin en révélant que l’ambition du Cameroun est de donner à ce ce Centre,  une vocation régionale voire internationale. Par ailleurs, le pays a également créé un centre de préparation réservé aux forces de police et gendarmerie dans les opérations de maintien de la paix. Ce centre est situé à Awae à une quarantaine de Km de Yaoundé. Son campus jouxte celui de l’Ecole internationale des  Forces sécurité (Eiforces) du Cameroun.

« Nous avons estimé nécessaire de mettre en place structure pour que les hommes soient bien préparés, qu’ils soient instruits sur des normes et des règles d’engagement de l’Onu pour nous éviter des difficultés disciplinaires et autres. Nous mettons un accent tout à fait spécial sur les droits humains et les droits de l’homme en opération. Lorsqu’il arrive qu’il y ait des incartades, nous avons la main lourde. Nous appelons immédiatement le militaire concerné et nous engageons les mesures disciplinaires. C’est pour cela que nous avons introduit un élément de la sécurité militaire de notre armée au sein de nos contingents pour veiller en permanence au comportement de nos hommes. En règle générale, nous pensons que les contingents camerounais ont un comportent globalement satisfaisant »,

a-t-il dit en conclusion.

Le Commandant de la Minusca tout en signifiant sa satisfaction a indiqué que cette visite en terre camerounaise est une prescription du Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu pour la Rca et chef de la Minusca, Mankeur Ndiaye. Cette institution de maintien de la paix est entrée dans l’ère de la coopération avec les pays contributeurs de troupes.

Léopold DASSI NDJIDJOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Usa > Tribute to Colin powell: It was true, of course, but he was far more than that

Years ago, when he was asked to reflect on his own life, General Colin Powell described hi…