Home Politique Europe Suisse > Canton de Genève: Samuel Mvondo Ayolo échappe à la condamnation
Europe - 14 octobre 2021

Suisse > Canton de Genève: Samuel Mvondo Ayolo échappe à la condamnation

Le proche collaborateur de Biya qui faisait l’objet d’une plainte de la part de Patrice Nganang, peut se frotter les mains.

Le Ministère public a rendu sa décision à travers une correspondance datée du 1 er octobre 2021. Patrice Nganang peut faire recours dans les 10 jours devant l’autorité de recours, soit la Chambre Pénale de recours de la Cour de Justice. Case postale 3108, 1211 Genève 3 (art. 310 al 2, 322 al 2 Cpp et 128 al. 1 Loj). Le recours doit être initié et adressé par écrit (art. 396 al 1 Cpp). Il doit être remis au plus tard le dernier jour du délai au greffe de la Cour de Justice, à la Poste Suisse, à une représentation consulaire ou diplomatique suisse s’agissant de personnes détenues, à la Direction de Rétablissement Carcéral (art 91 Cpp). Si le recours est irrecevable, retiré ou Nganang n’obtient pas gain de cause, les frais de la procédure seront mis à sa charge.

Patrice Nganang avait déposé plainte le 20 juillet 2021 à l’encontre de Samuel Mvondo Avolo et de l’hôtel intercontinental, pour violation .du domaine secret ou du domaine privé au moyen d’un appareil de prise de vues. Nganang indiquait être arrivé le 19 juillet 2021 à l’hôtel intercontinental où il avait aviez réservé une chambre par Internet. Tandis que l’universitaire se rendait vers sa chambre, il a constaté la présence de membres du service de sécurité de Paul Biya.

Nganang a en outre constaté la présence de Samuel Mvondo Ayolo, directeur du cabinet civil du président. Un représentant de l’hôtel lui a indiqué qu’il ne pouvait pas y passer la nuit et que ses frais devaient être remboursés. L’homme avait quitté l’hôtel intercontinental pour se rendre à l’hôtel Cornavion. Il a alors constaté que quatre de ses photos, debout ou marchant de long en large dans le vestibule de l’hôtel Intercontinental circulaient sur Internet.

Il a soupçonné Samuel Mvondo Ayolo d’avoir ordonné qu’on le photographie.
A l’appui de sa plainte, Patrice Nganang a cité l’art. 179 eme Cp, au motif que les photos avaient été prises sans son consentement dans un espace privé. Sa plainte visait Samuel Mvondo Avolo et l’hôtel Intercontinental, ce dernier ayant manqué à sa responsabilité de veiller à la protection de la vie privée de ses clients. Nganang a réclamait des dommages et intérêts estimés à 500 millions de dollars américains.

Antoine Bivana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Extreme-Nord: Des tensions intercommunautaires qui n’en finissent pas !

Déjà 19 morts depuis le début des affrontements Dimanche. Un Conflit intercommunautaires, …