Home Politique Europe Suisse > Manifestion de Genève: Des révélations qui mettent à nu l’action de Mvondo Ayolo
Europe - 1 semaine ago

Suisse > Manifestion de Genève: Des révélations qui mettent à nu l’action de Mvondo Ayolo

l’hôtel Intercontinental est seule responsable de la mobilisation des forces des police devant ses entrées. Jouant ainsi le jeu de l’interdiction du gouvernement Camerounais.

Alors que des sources font dire par Samuel Mvondo Ayolo, Ministre, Directeur du Cabinet Civil de la Présidence de la République, l’information portée à l’attention de la communauté nationale et internationale, et selon laquelle : ”Après avoir expliqué aux autorités helvétiques, la nature du système politique camerounais, à savoir, comme tout le monde le sait, une Grande Nation démocratique, à la tête de laquelle, se trouve un Grand leader, démocratiquement élu, et disposant de toute la légitimité et de toute la légalité, lequel, exerce la mission du peuple souverain, à lui confiée, dans le strict respect des usages démocratiques universellement établis dans toutes les grandes démocraties libérales du monde;

  • Après avoir expliqué aux autorités suisses, les ressorts essentiellement ethnofascistes des regroupements d’activistes qui combattent le pouvoir de Yaoundé, leurs actes et leurs agissements, et, singulièrement, les motivations anti-républicaines des auteurs de la manifestation initialement prévue le samedi, 17 juillet 2021 à Genève;
  • Après avoir présenté l’alliance desdits regroupements d’activistes fanatisés de la BAS – MRC, avec les partisans des thèses violentes sécessionnistes :

Vient d’obtenir des autorités suisses, l’annulation de la manifestation de la “BAS – MRC”, annoncée pompeusement pour le samedi, 17 juillet 2021.”

Nos sources , indiquent le contraire de cette information , qui veut laisser entendre que le gouvernement suisse aurait fait interdire la manifestation de la Brigade Anti-sardinard sur Genève.

Les menaces des opposants des Brigades antisardinards concernant la venue du président camerounais Paul Biya à Genève ont conduit à la mise en place d’une surveillance policière devant l’établissement préféré du président de la République du Cameroun.

Un important dispositif policier a été mis en place afin d’empêcher toute manifestation la Brigade antisardinards. Par le passé, ce groupe a déjà perturbé plusieurs fois l’ordre public aux environs du palace genevois. Ces opposants à Paul Biya présenté comme un dictateyr et autocrate africain ont prévenu qu’ils manifesteraient le 17 juillet à Genève.

Ils avaient prévus de manifester devant les entrées de l’hôtel intercontinentale .
Un domaine plutot privé .

Quelques jours avant la manifestations les entrées sont filtrées et le stationnement aux environs de l’établissement hôtelier est contrôlé. Et pendant de temps , dans les coulisses de la diplomatie entre les deux pays , ça négocie .

Le Cameroun , va déployer son armada diplomatie afin de gagner cette guerre qui devient interminable contre la brigade Anti-sardinard qui depuis déjà quelques années sabote les descentes de Paul Biya dans cet hôtel luxueux de Genève en Suisse .

Les autorités camerounaises surplace à Genève travaillent d’arrache-pied afin de faire interdire la manifestion car il faut à tous les prix obtenir des autorités suisses, l’annulation de la manifestation de la BAS – MRC, annoncée pompeusement pour le samedi, 17 juillet 2021.

L’hôtel accueille régulièrement les dirigeants étrangers en visite dans le pays. Paul Biya est un visiteur privé habitué des lieux.

Alors que la manifestation du samedi se met en branle à Genève , elle est selon des sources initialement autorisée, puis interdite par les autorités helvetique . La police avait prévenu dans un communiqué mercredi que, comme cela s’était déjà produit lors de précédentes mobilisations anti-Biya, elle pourrait dégénérer et « causer des désagréments ». Il a également été conseillé aux habitants « d’éviter de se déplacer dans le quartier », où des restrictions de circulation ont été mises en place laisse lire jeune Afrique .

Ce que il faut savoir

Loin de pouvoir interdire un tel type de manifestation pour les autorités helvétiques car pouvant être accusés de soutenir des dictateurs africains et en l’occurrence le président Biya déjà 40 ans au pouvoir , il faut subtilement alors trouver comment faire interdire la manifestation des camerounais contre leur président de la République en Suisse .

C’est à ce moment que tout va se jouer , et l’entrée en jeu de la direction générale de l’hôtel Intercontinental déjà très mal à l’aise de l’accueil réservé à chaque fois à son hôte de luxe Paul Biya et sa suite et d’étendre à chaque fois scander «Paul Biya assassin, la Suisse complice …Nous allons montrer aux colons suisses que nous ne sommes pas venus pour rien»

Accusée de protéger un «dictateur génocidaire» auquel les manifestants attribuent 30 000 victimes contre la minorité anglophone dans le nord-ouest et du sud-ouest du pays, la Suisse a été priée de ne plus laisser le président entrer sur son territoire. Il fallait tout faire ,pour que l’état suisse ne soit pas directement impliqué dans l’interdiction de la manifestion .

C’est donc l’hôtel Intercontinental qui va exiger que soit mise en place un cordon de sécurité devant ses entrées principales et ses alentours pour protéger sa clientèle déjà victime des agressions des manifestants de la brigade Anti-Sanrdinards .

Le président camerounais, arrivé dimanche à Genève pour un énième séjour privé, avait déjà reçu une première visite impromptue mardi d’avant manifestation en début de soirée. Cinq activistes se réclamant de la cause ambazonienne, les séparatistes anglophones en guerre contre le pouvoir central, ont fait irruption devant l’hôtel InterContinenal, où séjourne le président de 88 ans aux commandes de son pays depuis 1982.

A Berne, l’ambassadeur camerounais en Suisse , Léonard Henri Bindzi, est sur tous les fronts , s’était ému dès le lendemain de l’arrivée du président des appels à manifester contre celui «qui incarne» les institutions camerounaises. Dans son communiqué, le diplomate invitait «les membres de la diaspora camerounaise de Suisse à ne pas s’associer aux manœuvres inacceptables visant par ailleurs à ternir l’image» du Cameroun et «à porter atteinte aux excellentes relations d’amitié» avec la Suisse.

«La police est neutre comme la Suisse.. Nous protégeons tout le monde.» C’est là le gros problème pour les autorités camerounaises qui entendent faire interdire la manifestion du samedi 17 juillet 2021. La situation devient plutôt très confuse pour les autorités suisses .

L’hotel Intercontinental de Genève en Suisse a donc pris sur elle de protéger son espace privé en demandant aux autorités policières de la ville de circonscrite un périmètre de sécurité afin de protéger ses clients de toutes menaces. Ce qui va être fait .

Une forte mobilisation policière va donc être mobiliser tout autour du prestigieux hôtel et en ses principales entrées où les manifestants Camerounais avaient prévus de frapper fort . Sauf que il n’avait pas prévu dans leur calcul que ce serait à l’hôtel Intercontinental de demander la mobilisation de la police .

Ce qui va être fait. Et le samedi 17 juillet 2021 , la présence de la police devant l’hôtel Intercontinental ne s’est que sur demande express de la Direction général de cet hôtel et non sur la demande des autorités camerounaises d’interdire une manifestation prévue en pays helvétique et ni même à la Suisse d’interdire une quelconque manifestation déclarée sur ses terres .

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Etats-unis > Soutien et de crédibilité: Biden reçoit l’opposante bélarusse Tikhanovskaïa

Joe Biden a reçu mercredi à la Maison Blanche l’opposante bélarusse en exil Svetlana…