Home Politique Afrique Tchad > 9 morts suite aux manifestations: Le Redhac et les Osc de l’Afrique centrale condamnent et recommandent
Afrique - 30 avril 2021

Tchad > 9 morts suite aux manifestations: Le Redhac et les Osc de l’Afrique centrale condamnent et recommandent

Cette information est rendue publique le 27 avril dernier par une Déclaration co-signée par les organisations de la société civile (Osc) de 7 pays de l’Afrique centrale, chapeautées par le Réseau des Défenseurs des droits Humains en Afrique centrale (Redhac), dirigée par Maximilienne Ngo Mbe.

 Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale(Redhac), la Coalition des organisations de la société civile pour la paix et la prévention des conflits en Afrique centrale (Copac), la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (Ctddh ) et les autres organisations des droits humains du Tchad, condamnent avec la dernière énergie ces exactions et violations graves des Droits humains.

lit-on à l’entame du chapelet des exigences de la société civile suite aux dérives constatées dans les rues tchadiennes le 27 avril dernier avec le lourd bilan de 9 morts sur le carreau et plusieurs blessés

Elles désapprouvent et dénoncent un usage disproportionné d’armes de guerre contre des manifestants à mains nues. De ce fait, ces Osc sollicitent une intervention de toutes les organisations en charge du respect des droits humains, de l’Union africaine et des Nations Unies en vue

 d’aider dans les meilleurs délais le peuple tchadien à mettre un terme au pouvoir de cette junte militaire illégitime qui vient de montrer son vrai visage.

Par ailleurs ces Osc demandent au gouvernement du Tchad que

 les responsables de ces violations des Droits humains, de cette répression et ceux qui ne respecteront pas l’ordre constitutionnel, répondent devant les juridictions spéciales et internationales compétentes et indépendantes.

Recommandations urgentes

Les Osc qui veillent au respect des droits humains en Afrique centrale recommandent aux Nations Unies (Onu) et à l’Union Africaine (Ua) (Cadhp) d’instruire instamment l’Etat du Tchad

 de libérer sans condition et à l’immédiat les personnes arrêtées dans le cadre de ces manifestations pacifiques ; de garantir l’indépendance de la justice.

Par ailleurs, elles demandent à l’Ua et l’Onu de se ranger du côté du peuple tchadien en supervisant l’instauration d’un vrai dialogue national et inclusif avec une transition assurée par un gouvernement civil dont le chef sera désigné de façon consensuelle. Elles promettent dans la foulée de faire  une descente immédiate sur le terrain pour le respect des Institutions. Aussi, elles recommandent que la communauté internationale demande au futur gouvernement civil de prendre les dispositions appropriées pour l’adoption de la loi portant

protection des défenseurs des droits humains, activistes et journalistes au Tchad.

Pour finir, le Redhac, la Copac, la Ctddh, et les autres organisations des Droits humains du Tchad

 restent disponibles pour l’accompagnement des processus de résolution des conflits, de sécurité humaine, de consolidation de la paix, et de protection légale des Défenseur(e)s des Droits Humains, des journalistes et des militant(e)s de la Démocratie en Afrique centrale.

Me Alice Nkom du Cameroun,  Me Bruno Gbiegba de la Rca,  Annie Bambe de la Rdc, Marc Ona Osangui du Gabon, figurent au nombre des 11 signataires des 7 nationalités à la fin de la Déclaration.

Léopold DASSI NDJIJDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Check Also

Canada > Barreau de Montréal:  Me. Olivier Chi Nouako radié du Barreau de Montréal.

Par Junior Atogo’togo C’est dans le dossier No 56- 17 – 03101 du 05 février 2021 qu’est co…