Home Politique Afrique Tchad > liberté : Une marche interdite par le gouvernement de transition
Afrique - 8 mai 2021

Tchad > liberté : Une marche interdite par le gouvernement de transition

Wakit Tama, un collectif de partis d’opposition et d’associations de la société civile, a appelé à manifester contre le Conseil militaire de transition (Cmt), dirigé par Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président.

Le nouvel homme fort du Tchad, entouré de 14 généraux, tous fidèles à son père, concentre presque tous les pouvoirs. Il s’est arrogé les titres de président de la République et de chef suprême des armées.

La marche dite pacifique de la coordination des actions citoyennes Wakit Tama, (…) n’ayant pas eu une autorisation préalable (…) est strictement interdite sur l’ensemble du territoire national.

selon un communiqué signé par Souleymane Abakar Adoum, le ministre de la Sécurité publique

Devant le refus des organisateurs de la marche de demain d’indiquer leur itinéraire et de mettre en place un service d’ordre interne pour encadrer  les marcheurs , le gouvernement n’a eu d’autres choix que d’interdire la marche.

fait lire le ministre de la communication et porte parole du gouvernement sur sa page Facebook .

Selon Abderamane Khoullamalah ,

Les organisateurs rejettent en bloc les textes de lois régissant les manifestations et se mettent dans une logique totalement abracadabrante. Une vidéo absolument invraisemblable a été diffusée et circule sur le net . Dommage car Ils viennent de saper les efforts du gouvernement de chercher à apaiser la situation en reconnaissant aux tchadiens leur droit légitime de manifester dans le respect des lois . En rejetant tout et n’importe quoi , ils sont hélas dans une posture qui est loin de favoriser la poursuite d’une démocratie apaisée et consensuelle.


Le ministre de la sécurité vient par ailleurs de signer un arrêté autorisant des manifestants  à marcher le dimanche 9 mai  après que ceux-ci aient fourni aux autorités, les informations nécessaires sur leur itinéraire et ont accepté la mise en place d’un service d’ordre qui leur est propre pour encadrer leurs marcheurs. La démocratie c’est notre responsabilité à tous !

renchérit , Abderamane Khoullamalah , ministre en charge de la communication et porte parole du gouvernement.

A N’Djamena, selon des observateurs , la vie économique reprend lentement. Sur les marchés de la ville les consommateurs font preuve de prudence dans leurs achats, compte tenu de l’incertitude politique et le climat d’insécurité alors que des rebelles se trouvent à 300 kilomètres de la capitale.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Gabon > Sanctions: Le gouvernement s’apprête à frapper les enseignants absents à leur poste de travail

Depuis le début de la rentrée scolaire 2020-2021, les enseignants n’ont cessé de men…