Accueil PolitiqueAfrique Tchad > Massacre du 20 octobre: Des moundangs ciblés, la communauté aux abois

Tchad > Massacre du 20 octobre: Des moundangs ciblés, la communauté aux abois

Après les événements tragiques survenus au Tchad après des manifestations à travers le pays , la communauté Moundang accuse et se dit une victime ciblée . Un point de presse a sanctionné un comité de crise qui s'est tenu il y'a quelques heures.

Par panorama papers
0 commentaire 130 vues

Par Pierre Laverdure OMBANG

En date du 20 octobre 2022, des manifestations ont eu lieu dans les principales villes du Tchad, entraînant la mort de plusieurs dizaines de nos compatriotes.
Ayant constaté avec stupéfaction que des membres de la Communauté Moundang ont été ciblés physiquement, politiquement et économiquement, un comité de crise a été mis en place de façon spontanée pour analyser ces événements et en tirer les conséquences.

Le Comité de crise, tout en compatissant avec les familles endeuillées et souhaitant un prompt et entier rétablissement aux blessés, tient à faire la déclaration suivante :
1. Autant le Comité regrette la répression qui a entraîné la mort des Tchadiens, autant il déplore le fait que ces manifestations, censées se dérouler pacifiquement, ont donné lieu à des attaques ciblées, principalement à N’Djaména et à Moundou, contre des personnes dont le seul tort était d’être de l’ethnie Moundang.

A ce jour, nous dénombrons des cas de morts, de tortures et de destructions des biens appartenant à des individus et à des formations politiques, dont l’Undr et Rndt- le Réveil, dirigées par des membres de notre communauté.

  1. Nous rappelons que les Moundang sont un peuple noble, pacifique, amical, loyal, tolérant et ouvert qui répugne la violence sous toutes ses formes. C’est une communauté ayant un profond attachement aux valeurs de la démocratie. C’est pourquoi elle respecte le choix et l’engagement politique aussi bien de ses membres que des membres d’autres communautés. Elle n’a jamais non plus blâmé les autres communautés pour le positionnement des leurs. Ainsi, il est intolérable que cette communauté qui, de toute l’histoire du Tchad, n’a jamais été à l’origine du moindre trouble politique, fasse, dans sa globalité, l’objet de stigmatisations et d’atteintes verbales, écrites et physiques en raison du choix politique ou du positionnement des siens. À titre d’illustration, le Mayo-kebbi Ouest est la seule province du Sud du Tchad à ne disposer d’un seul centimètre de route bitumée, ses principales villes n’ont ni eau ni électricité. Sans évoquer le persistant phénomène d’enlèvement des personnes contre rançon, qui entraîne des cas de morts et freine le développement économique de la province.
  2. Le brassage entre la communauté Moundang et les autres communautés est si ancré et nous en sommes si jaloux que nous ne pouvons passer sous silence ou laisser se reproduire des actes de nature à mettre à mal la cohabitation et les liens séculaires qui les unissent. Il est du devoir de tout parti politique et de toute association, qui lutte pour le bien-être des Tchadiens, de veiller à préserver, dans toutes les circonstances, l’unité et la cohésion sans lesquelles aucune lutte ne peut atteindre son but.
  3. Nous prenons l’opinion à témoin que ces attaques ciblées, loin d’être isolées, ont été soigneusement préparées et encouragées par des publications à caractère haineux largement diffusées dans les réseaux sociaux. Ces publications, dont nous avons fait des captures d’écran, sont le fait des individus se réclamant des militants ou soutiens de certains partis politiques. Nous avons longtemps attendu et espéré que les cadres desdits partis, qui aspirent à diriger le Tchad dans son immense et incontournable diversité ethnique et culturelle et dans lesquels militent également des personnes d’ethnie Moundang, rappellent leurs membres ou sympathisants à l’ordre et sur les objectifs républicains qu’ils poursuivent. Malheureusement, cela n’a jamais été fait jusqu’à ce que le pire se produise ce jeudi 20 octobre 2022.
  4. D’ores et déjà, des huissiers de justice ont été commis pour constater ces actes dangereux aux antipodes de toute idéologie politique moderne afin de leur réserver les suites prévues par la loi. En attendant, le Comité de crise appelle toute la Communauté Moundang du Tchad, du Cameroun et d’ailleurs au calme, à la sérénité et au respect des autres communautés et de la vie humaine.”

Il faut rappeler que depuis quelques jours des manifestations violentes ont lieu au Tchad. Plusieurs manifestations, parmi les plus meurtrières de l’histoire du Tchad, se sont déroulées dans différentes villes jeudi, notamment à N’Djamena la capitale et à Moundou (Sud), la deuxième ville du pays. Elles ont fait “une cinquantaine” de morts et “plus de 300” blessés, selon le Premier ministre Saleh Kebzabo, qui a décrété un couvre-feu de “18 h à 6 h du matin” à N’Djamena, Moundou et dans deux autres villes jusqu’au “rétablissement total de l’ordre”. L’opposition estime le bilan beaucoup plus élevé que les chiffres officiels selon france 24.

Une cinquantaine de morts, et quelque 300 blessés selon le nouveau chef du gouvernement, Saleh Kebzabo, qui a dénoncé « une tentative de coup d’État », en justifiant l’usage de balles réelles contre « une insurrection populaire en vue de s’emparer du pouvoir par la force ».

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 01 02 2023

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen