Home Politique Afrique Tchad> Transition : Le jeu de chaises roulantes autour d’un gouvernement civil
Afrique - 14 mai 2021

Tchad> Transition : Le jeu de chaises roulantes autour d’un gouvernement civil

L’ appui des opposants historiques à la junte militaire au pouvoir. La société civile tient et la France joue en sourdine pour qu’elle suite ?

La déclaration historique de  Saleh Kebzabo ,  opposant tchadien sonne comme un glas pour les leaders de la contestation après la prise pouvoir par la junte militaire après la mort du maréchal-président Idriss Déby Itno.

Avec l’Undr, j’ai choisi des méthodes de combat différentes. Nous avons fait un choix pragmatique, imposé par les moyens qui sont à la disposition du parti. Nous ne sommes pas des vendeurs d’illusions et nous ne ferons jamais rêver les Tchadiens d’un changement qui n’existe pas pour le moment, et pour lequel nous devrons encore batailler très dur pour empêcher le Cmt de confisquer le pouvoir. Je comprends aussi que ce choix est difficile à accepter par des milliers de jeunes assoiffés de changement et qui le souhaitent tout de suite, mais qui oublient que le changement doit être méthodique et non-radical. Je parle là par expérience: après plus de 25 années dans l’opposition, le choix radical n’est pas toujours aussi productif qu’on le souhaite. J’ai choisi d’être productif, c’est-à-dire une démarche non radicale et participative dans les institutions de la transition. Un choix de l’expérience qui est difficile à comprendre par l’homme de la rue, je le reconnais

Une position confortée par celle faite il y’a quelques jours par le ministre porte parole du gouvernement tchadien , Abderamane Khoullamalah lui aussi ex opposant farouche au gouvernement Déby , et ex-rebelles qui aujourd’hui à choisit de porter la voix de la junte militaire au pouvoir et qui laissait entendre qu’

  Au Tchad, les principaux acteurs politiques s’entendent très bien sur la transition, ils acceptent les réalités du conseil militaire de transition en dehors de quelques groupuscules insignifiants et n’ont aucune existence politique réelle dans le pays et nous les ignorons complètement   

Il faut préciser que Wakit Tama, le  collectif de partis d’opposition et d’associations de la société civile, reste vertement contre un gouvernement de transition et dirigé par des militaires et  appele depuis la prise de pouvoir par les armes ,  à manifester contre le Conseil militaire de transition (Cmt), dirigé par Mahamat Idriss Déby, fils du défunt président. Le nouvel homme fort du Tchad, entouré de 14 généraux, tous fidèles à son père, et qui concentre presque tous les pouvoirs. Il faut dire que ce dernier , s’est arrogé les titres de président de la République et de chef suprême des armées.

La France tente de calmer en sourdine .

Au Tchad, l’ambassade de France s’active en coulisses pour faire accepter son nouvel allié, le président du conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby. Plusieurs représentants associatifs et membres de mouvements d’opposition joints par notre confrère  Mediapart,  assurent que les diplomates français ont tenté de les convaincre de cesser leurs manifestations contre la junte militaire.

le porte-parole du Forum des organisations de la société civile du Tchad (Foscit), opposant à la junte et partisan d’une transition civile révélait le jeu trouble de la France pour un retour à un gouvernement de civil au Tchad.

Pierre Laverdure  OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…