Home Politique Afrique Tchad > Union africaine : Tchad la difficile équation
Afrique - 13 mai 2021

Tchad > Union africaine : Tchad la difficile équation

L’Union africaine (Ua) , quelques temps après la prise du pouvoir par la junte militaire  envoyait une mission au Tchad, nous étions  le 29 avril 2021. Et prévoyait s’investir dans le retour à la paix .

L’Union africaine (UA) envoyait alors cette  mission au Tchad, pour déterminer si l’organisation prendrait des sanctions contre le pays d’Afrique centrale en raison de son évolution politique depuis la mort il y a deux semaines de son président, Idriss Déby Itno.

Pourtant profondément , l’ organisation est divisée sur la conduite à tenir face à la situation qui y prévaut. Des factions s’affrontent au sein de l’institution africaine. Pour certains il faut accompagner le régime militaire qui contrôle aujourd’hui le Tchad et majoritaire , et pour d’autres penchent pour des sanctions à l’encontre de la jeune militaire 

Sur les questions de  paix et sécurité de l’Union africaine les décisions  sont prises par consensus de ses 15 États membres. On en est loin aujourd’hui.

En fin avril déjà, le Conseil paix et sécurité de l’Union africaine n’était pas parvenu à s’accorder sur une position commune. Il avait donc envoyé une mission d’évaluation à Ndjamena pour recueillir des éléments objectifs qui lui permettent de décider en faveur des sanctions ou non. Celle-ci est revenue avec un rapport qui penche exceptionnellement pour la non suspension du Tchad afin d’éviter de fragiliser un pays considéré comme une des pièces maîtresses dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Mais certains pays y restent farouchement opposés, ce qui promet des discussions plutôt tendues.

Initialement prévue lundi, la réunion du Conseil paix et sécurité de l’Union africaine devait s’ouvrir  mardi  11 mai à Addis-Abeba. Une réunion pourtant  cruciale pour le Tchad où doit être présenté le rapport de la délégation ayant enquêté sur le processus de transition ouvert après la mort d’Idriss Déby, il y a trois semaines, et la prise du pouvoir par un conseil militaire de transition constitué de 15 généraux. 

Si l’ Ua doit à présent décider de sanctionner ou pas le Tchad, conformément à ses principes. La  réunion a de nouveau été reportée à vendredi. 

En outre , il faut savoir que la  prise de pouvoir par le Conseil de transition militaire dirigé par le fils du président Idriss Déby Itno, mort il y a trois semaines, est contraire aux règles de l’Union africaine.

Plusieurs pays d’Afrique australe plaident pour une suspension du Tchad. Ce qui a fait dire par le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Abderahmane Koulamallah, qu’il ne  comprend pas pourquoi son pays serait sanctionné et évoque une situation exceptionnelle avec des mesures prises en conséquence.

La réunion de son Conseil de paix et de sécurité appelée à se pencher sur le rapport de la mission envoyée à N’Djamena, et renvoyée à ce  vendredi  officiellement pour des raisons techniques devrait pour des analystes accoucher d’une souris.

L’organisation continentale bien curieusement hésite entre une suspension du pays pour non-respect des normes constitutionnelles et l’accompagnement de la transition militaire. Ce qui est totalement aux antipodes de ses pratiques face aux coups de force. Même si elle avait appelé à une transition pacifique et démocratique.

Pierre Laverdure OMBANG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Cameroun > Affaire Martin / Malicka: Communication du collectif d’avocats /Universal Lawyers and Human Rights Defence

le collectif conduit par l’avocate Dominique Fousse a déposé une citation directe co…