Accueil PolitiqueEurope Urgent > EN DIRECT – Royaume-Uni: Boris Johnson a démissionné

Urgent > EN DIRECT – Royaume-Uni: Boris Johnson a démissionné

Trois ans après être devenu Premier ministre, Boris Johnson a annoncé sa démission lors d’une allocution prononcée en début d’après-midi. Près de la moitié des membres du gouvernement avaient démissionné depuis mardi après les départs spectaculaires des ministres des Finances et de la Santé, Rishi Sunak et Sajid Javid.

Par panorama
0 commentaire 461 vues

La crise a été déclenchée par une énième polémique concernant le Premier ministre, qui se trouve cette fois accusé d’avoir promu un député conservateur alors qu’il avait connaissance des accusations d’agressions sexuelles le visant.

Pour Boris Johnson, trois années émaillées de scandales. Depuis son accession au pouvoir en 2019, le Premier ministre sortant a été fragilisé par une multitude de mensonges et de polémiques qui ont plombé son mandat. De la rénovation de son appartement de fonction à une affaire d’agression sexuelle impliquant un député qu’il a défendu en passant par le «partygate», retrouvez notre chronologie.

Michael Gove ne sera pas candidat. Un de moins. Considéré comme un des (nombreux) successeurs potentiels à Boris Johnson, Michael Gove a finalement décidé de ne pas briguer le poste de Premier ministre, selon les informations de SkyNews. Le ministre du Logement avait été limogé du gouvernement mercredi soir, en raison de ses appels à la démission de l’ancien maire de Londres. Le vice-Premier ministre Dominic Raab, qui pourrait assurer l’intérim en cas de départ immédiat de Boris Johnson, a de son côté confirmé qu’il ne souhaitait pas non plus concourir à l’entrée au 10, Downing Street.

«Vous êtes un héros, tout le monde vous aime», les mots élogieux de Boris Johnson au Président ukrainien Volodymyr Zelensky. Au cours de la journée, malgré sa démission, Boris Johnson s’est entretenu avec le Président d’Ukraine au téléphone, appel durant lequel il a réitéré «le soutien indéfectible» du Royaume-Uni à l’Ukraine et a déclaré que le pays continuerait à fournir «une aide défensive vitale aussi longtemps que nécessaire», selon un porte-parole de Downing Street. Boris Johnson s’est aussi engagé à continuer à travailler avec ses partenaires «pour tenter de mettre fin au blocus céréalier dans les semaines à venir». Volodymyr Zelensky l’a remercié pour «son action décisive en Ukraine », et a rappelé que le peuple ukrainien était «reconnaissant des efforts du Royaume-Uni». «Vous êtes un héros, tout le monde vous aime», a conclu Boris Johnson avant de raccrocher.

Le départ de Boris Johnson, «opportunité» pour les liens Dublin-Londres. «Nous avons une opportunité pour revenir à l’esprit véritable du partenariat et du respect mutuel dont nous avons besoin», affirme Micheal Martin, Premier ministre irlandais qui estime que les relations entre les deux pays ont été mises à mal ces derniers mois. En cause, la volonté de Londres d’outrepasser certaines parties de l’accord du Brexit, concernant le protocole nord-irlandais. Le projet de loi britannique comprend la création de deux voies commerciales entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, afin de distinguer les marchandises circulant à l’intérieur du Royaume-Uni des biens à destination de l’UE. Martin a réaffirmé la nécessité de protéger l’accord du Vendredi Saint, qui a mis fin en 1998 à trois décennies de conflit en Irlande du Nord entre les loyalistes attachés, à la couronne britannique, et les républicains, favorables à la réunification.

Pas de Premier ministre intérimaire, selon Theresa May. L’ex-dirigeante du parti conservateur, et ancienne Premier ministre Theresa May, s’est d’abord esclaffée lorsqu’on lui a demandé si elle était prête à jouer le rôle de Premier ministre intérimaire. «Je ne pense pas qu’il y aura un Premier ministre intérimaire, dans le sens où quelqu’un d’autre occuperait ce rôle. Lorsque je me suis retirée, il y a eu un nouveau processus, le nouveau chef du parti a été désigné et, pendant cette période, j’étais toujours là en tant que Première ministre (…)» a-t-elle déclaré, après l’annonce de la démission de son successeur. Une remarque à contre-courant de l’opinion publique britannique qui, selon un sondage YouGov, estime à 56% que Boris Johnson devrait être remplacé en attendant l’élection d’un successeur. Theresa May a ajouté que le nouveau Premier ministre aurait la responsabilité d’unir le pays et le parti conservateur, qu’elle juge trop fragmentés.

Qui pour succéder à Boris Johnson ? Tapis dans l’ombre, ils veillent, prêts à bondir sur l’occasion. Au sein du Parti conservateur, les candidats sont nombreux pour prendre la suite au 10, Downing Street de Boris Johnson, qui a présenté sa démission. Rishi Sunak, Liz Truss, Michael Gove, Ben Wallace, Penny Mordaunt… «Libé» vous présente les favoris à la succession de l’ancien maire de Londres.

Pour l’ancien Premier ministre John Major, il ne serait pas «sage» que Boris Johnson reste encore un peu au pouvoir. Au tour de John Major de s’attaquer à Boris Johnson. Comme moult responsables politiques conservateurs avant lui, l’ancien Premier ministre, qui a gouverné le pays de 1990 à 1997, s’oppose au projet de l’ancien maire de Londres de garder le pouvoir jusqu’à la désignation de son successeur. Dans une lettre qu’il a envoyée au comité 1922, un groupe de députés tories, il juge qu’une telle décision ne serait ni «sage» ni «durable».

La démission de Boris Johnson ouvre «une nouvelle page» dans les relations entre l’UE le Royaume-Uni, dit Michel Barnier. «Le départ de Boris Johnson ouvre une nouvelle page dans les relations avec le Royaume-Uni. Qu’elle soit plus constructive, plus respectueuse des engagements pris, notamment en matière de paix et de stabilité en Irlande du Nord, et plus amicale avec les partenaires de l’Union européenne. Car il y a encore beaucoup à faire ensemble», a écrit sur Twitter Michel Barnier, ancien négociateur du Brexit pour l’Union européenne et candidat malheureux à la primaire de LR pour l’élection présidentielle, en décembre.

«Partygate» : chronologie d’un scandale. Parmi les polémiques qui ont émaillé le mandat de Boris Johnson, il y a le «partygate», ces soirées organisées dans la résidence officielle du Premier ministre pendant le confinement. Fin janvier, «Libé» avait établi le calendrier de ces festivités qui se sont succédé pendant près de deux ans.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 28 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie