Accueil PolitiqueAsie Urgent > Japon: L’ex-Premier ministre Shinzo Abe est mort après avoir été attaqué à l’arme à feu

Urgent > Japon: L’ex-Premier ministre Shinzo Abe est mort après avoir été attaqué à l’arme à feu

L'ancien Premier ministre japonais, Shinzo Abe, est décédé ce vendredi 8 juillet, après avoir été blessé par balle lors d'un événement politique dans la région de Nara, dans l'ouest du pays.

Par panorama
0 commentaire 110 vues

Avec Afp et Rfi

L’ancien Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, est mort après avoir été atteint par des tirs lors d’un discours en public, a rapporté vendredi la chaîne NHK.

Shinzo Abe est dans « un état très grave », affirmait ce matin le Premier ministre Fumio Kishida. « C’est un acte barbare en pleine campagne électorale, qui est la base de la démocratie, et c’est absolument impardonnable », avait ajouté M. Kishida, disant prier pour la survie de M. Abe, son ancien mentor politique et dont il avait été ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017.

Shinzo Abe avait été transporté à l’hôpital, après s’être effondré alors qu’il prononçait un discours dans la ville de Nara, dans l’ouest du Japon.

Kyodo News avait alors indiqué que l’ancien Premier ministre était inconscient et semblait être en arrêt cardiaque. Il ne présentait aucun signe de vie, selon les médias locaux. « Selon une caserne de pompiers locale, l’ancien Premier ministre Abe semble être en état d’arrêt cardio-respiratoire », avait déclaré NHK, employant un terme utilisé au Japon avant qu’un décès ne puisse être confirmé par un médecin. Contactés par l’AFP, la police locale et des pompiers n’étaient pas en mesure de confirmer.

L’ancien chef de l’exécutif prononçait un discours de campagne, lors d’un événement politique en vue des élections sénatoriales de dimanche 10 juillet, lorsque des coups de feu ont été entendus, avaient indiqué la chaîne nationale NHK et l’agence de presse Kyodo. M. Abe, 67 ans, s’est effondré et saignait du cou, selon une source du Parti libéral démocrate (PLD) au pouvoir à l’agence de presse Jiji.

Le gouvernement nippon avait confirmé, peu de temps après l’attaque, que l’ancien Premier ministre Shinzo Abe avait été victime d’une agression par arme à feu. « On a tiré sur l’ancien Premier ministre Abe vers 11h30 à Nara. Un homme suspecté d’être le tireur a été interpellé. L’état de santé de M. Abe est actuellement inconnu », avait déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement japonais, Hirokazu Matsuno.

Un suspect arrêté

Citant des sources policières, la chaîne de télévision publique NHK a affirmé qu’un suspect avait été arrêté pour tentative de meurtre après l’attaque, et qu’une arme avait été saisie. L’homme semble avoir une quarantaine d’années. Après la fusillade, la police japonaise a pénétré dans le domicile du suspect de l’attaque, selon des images de la télévision publique NHK qui montraient plusieurs officiers de police, portant des vêtements de protection, des casques et des boucliers, entrer à l’intérieur d’un bâtiment identifié par la NHK comme le domicile de l’homme arrêté pour tentative de meurtre aussitôt après l’attaque.

Un journaliste de la chaîne japonaise présent sur les lieux au moment du drame a déclaré avoir entendu deux détonations consécutives alors que Shinzo Abe prononçait son discours. Plusieurs médias ont rapporté qu’il semblait avoir été abattu par derrière, probablement avec un fusil.

Le Japon dispose de l’une des législations les plus strictes au monde en matière de contrôle des armes à feu, et le nombre annuel de décès par de telles armes dans ce pays de 125 millions d’habitants est extrêmement faible. L’obtention d’un permis de port d’arme est un processus long et compliqué, même pour les citoyens japonais, qui doivent d’abord obtenir une recommandation d’une association de tir, puis se soumettre à de stricts contrôles de police.

Le Japon vit dans cette idée d’être un pays extrêmement sûr bien qu’il y ait assez régulièrement des attaques de personnes déséquilibrées qui causent des victimes, et souvent à l’arme blanche. Là, il y a le choc évidemment parce que c’est un ancien Premier ministre, c’est surtout le leader d’une des factions les plus importantes du PLD, le parti au pouvoir. Il y a des élections dans quelques jours au Japon et Abe avait pris des positions parfois controversées sur les questions de défense, le nationalisme, l’histoire du Japon, et pour le moment il est très difficile de savoir si c’est un coup de folie ou si ce serait une attaque plus politique contre Abe lui-même. Ce qui est très rare, en revanche, c’est que ce type d’action ait lieu avec une arme à feu. En général, les attaques ont lieu à l’arme blanche, une des plus symboliques et des plus importantes a été l’assassinat du chef du parti socialiste japonais dans les années 1960. Donc, c’est quelque chose qui existe.

Réactions

M. Abe était le Premier ministre japonais à être resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été en poste en 2006 pour un an, puis de nouveau de 2012 à 2020. L’ambassadeur américain au Japon, Rahm Emanuel, s’est dit ce vendredi « triste et choqué » par l’attaque contre Shinzo Abe. « Abe-san a été un dirigeant exceptionnel du Japon et un allié indéfectible des États-Unis. Le gouvernement et le peuple américains prient pour le bien-être d’Abe-san, de sa famille et du peuple japonais », a déclaré M. Emanuel dans un communiqué.

Le Premier ministre indien Narendra Modi s’est dit « profondément bouleversé » par l’attaque par balles contre Shinzo Abe, décrivant l’ex-Premier ministre japonais comme un « ami cher ». Le président du Conseil européen Charles Michel s’est, lui, dit « choqué et attristé par l’attaque lâche » contre l’ex-Premier ministre japonais, qu’il a décrit comme un « véritable ami, farouche défenseur de l’ordre multilatéral et des valeurs démocratiques ». « L’UE est aux côtés du peuple du Japon et (du Premier ministre) Fumio Kishida en ces temps difficiles. Profondes condoléances à sa famille », a écrit M. Michel sur Twitter. Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est, de son côté, dit « consterné et attristé » après l’attaque « abjecte » par balles de Shinzo Abe. 

Le président français Emmanuel Macron s’est dit pour sa part « profondément choqué par l’attaque odieuse ». « La France se tient aux côtés du peuple japonais », a ajouté M. Macron dans un tweet, adressant ses « pensées à la famille et aux proches d’un grand Premier ministre ».

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous reprendrons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

NOUS CONTACTER

Revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie