Accueil OpinionEconomie Cameroun-Entreprises Brassicoles > Guinness: La résurrection de Michaël Power à Ongola

Cameroun-Entreprises Brassicoles > Guinness: La résurrection de Michaël Power à Ongola

L'entreprise brassicole Guinness a organisé, hier sur le site de l'esplanade du musée national à Yaoundé, un événement dénommé "Guinness Brighthouse party". C'était de 18h jusqu'à minuit 30.

Par panorama
0 commentaire 273 vues

Par Serge Aimé Bikoi

En effet, c’était, selon les organisateurs, “une soirée de ouf, une soirée des dingues, une soirée des stars, une soirée de brillance des talents en musique, danse, jeux, modes, etc”.

La curiosité, au cours de cette randonnée folklorique, ludique et festive, était marquée par la consommation, sans répit, des bouteilles de bières de la marque Guinness et de ses dérivés. Sans discontinuer, des centaines de jeunes scolaires et universitaires agglutinées sur les lieux ont consommé des produits de cette entreprise brassicole à satiété au point où certains ont succombé à une certaine lassitude. Il n’y avait qu’à voir un essaim de bouteilles déjà vidées pour se rendre compte des effets éthyliques de Bacchus sur des grappes de jeunes massés sur le site spacieux. Enfants, jeunes et adultes ont bien rythmé leurs scènes d’ambiance, de jactance, de jouissance, de réjouissance et de tonitruance jusqu’à la lie. Aux environs de 23h, il n’y avait même plus moyen de s’offrir une bouteille de bière dans divers points de vente tellement la saturation de la marée humaine était de taille. Seuls quelques acteurs fort introduits maîtrisant les serveurs et serveuses avaient l’opportunité de nouer un réseau de socialité et de sociabilité avec ces derniers. Un temps deux mouvements, le tour est joué et un casier est, illico presto, servi à l’acheteur en interaction avec la bagatelle de serveurs. De 18 heures à minuit écoulé, Bacchus a, comme qui dirait, fait fort. Ne pouvant guère supporter le phénomène de la consommation abusive de l’alcool, certaines jeunes filles sont, malencontreusement et malheureusement, devenues des épaves en quête de resousse de leurs partenaires. Certaines images étaient exécrables. Ah quelle jeunesse! Si jeunesse savait si vieillesse pouvait!

Ce qui s’est passé hier nuit m’a plongé dans les réminiscences des événements que cette entreprise brassicole organisa durant les années antérieures à l’époque où nous fûmes au lycée pour certains et en première année université pour d’autres. Il s’agit du festival Michaël Power au cours duquel la même scénographie de l’ambiance, de la jouissance et de la réjouissance était observée sur les sites durant des semaines que ça durait. Aujourd’hui, avec l’avènement de “Black shines brightest”, autre action de cette entreprise brassicole, c’est, sans conteste, la renaissance, que dis-je la résurrection du Festival Michaël Power en filigrane. Le phénomène de la zombification des jeunesses du pouvoir continue de faire son bonhomme de chemin et d’étendre ses tentacules. La dépolitisation et l’aliénation des jeunesses du Renouveau par l’organisation des activités folkloriques et festives est en marche au Cameroun. Là où sont organisés des cérémonies, des concerts ou des événements culturels, où presteront, entre autres, Lady Ponce, Coco Argentée, Mani Bella Stanley Enow, Locko, Ko-C, Mimie, Kameni, Mister Léo, Ténor, Chris M, vous verrez des milliers de jeunes scolaires et universitaires se masser et se défouler avec allégresse sans trêve.

En revanche, essayez, juste, d’organiser une grande conférence publique au musée national sur le bilan des 40 ans de l’accession de Paul Biya au pouvoir, vous ne verrez même pas cent personnes sur les lieux. Les activités intellectuelles réflexives et discursives sont, aujourd’hui, supplantées par les activités ludiques, folkloriques et festives. Même si vous conviez à cet espace de débat Achille Mbembe, Ambroise Kom, Charles Binam Bikoi, Théophile Obenga, Cheikh Tidiane Tadjio, Mbonji Edjenguele, Ebenezer Njoh Mouelle, Daniel Abwa, Armand Leka Essomba, etc susceptibles de faire des émules et d’attirer autant de foule, des milliers de jeunes scolaires et universitaires n’investiront pas les lieux pour croiser le verbe avec ces quelques figures de l’intelligentsia d’ici et d’ailleurs. Sont-ce les organisateurs qui ne savent pas communiquer pour attirer la masse juvénile ? Ou, a contrario, les jeunesses du Renouveau national préfèrent-elles accorder un culte aux plaisirs et loisirs mondains, aux hobbies et passe-temps qui les intéressent au premier chef ? Avec la démultiplication des îlots de beuverie, tels que les bars-dancings, les snack-bars, les cabarets et les boîtes de nuits, qui talonnent, parfois, les circuits socio-éducatifs dans différents quartiers, comment cette catégorie sociale ne va-t-elle pas s’adonner à l’alcool de manière permanente ? Il est impératif de revoir le logiciel mental de plus d’un dans le dessein de la conscientisation des catégories juvéniles.

Serge Aimé Bikoi, Journaliste et Sociologue

La jeunesse est, ainsi que l’énonce le discours officiel, le fer de lance de la nation. C’est l’avenir de demain. Mais si c’est cette jeunesse qui s’abandonne à l’ethylisme, il y a, véritablement, anguille sous roche. Si jeunesse savait si vieillesse pouvait!

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 08 12 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie