Accueil PolitiqueAmérique Etats-Unis > Diplomatie: Les autorités démantèlent un poste de police chinois clandestin en plein New York

Etats-Unis > Diplomatie: Les autorités démantèlent un poste de police chinois clandestin en plein New York

Le FBI a arrêté lundi deux personnes accusées d’espionner et de harceler des dissidents chinois aux Etats-Unis. Alors que les tensions entre les deux puissances augmentent, c’est la première action sur le sol américain contre le réseau répressif mis en place par Pékin

Par panorama papers
0 commentaire 9,5K vues

Par Joël Onana, Avec Afp

“Poste de police clandestin” en plein New York, cyberharcèlement : la justice américaine a haussé le ton lundi 17 avril en annonçant deux arrestations à New York et des dizaines d’inculpations contre des officiels de la sécurité chinoise.

Ces affaires “illustrent encore davantage l’ampleur des efforts déployés par l’État chinois pour étendre sa vision autoritaire du monde aux habitants de cette ville”, New York, et “de ce pays”, les États-Unis, a souligné le procureur fédéral de Brooklyn, Breon Peace, lors d’une conférence de presse avec des représentants de la police fédérale (Fbi) et du ministère de la Justice.

Les autorités ont détaillé les développements de trois enquêtes distinctes. Dans un premier dossier, deux suspects, des citoyens américains identifiés comme Lu Jianwang, 61 ans et Chen Jinping, 59 ans, ont été arrêtés lundi à leur domicile à New York, sous le soupçon d’avoir participé aux opérations d’un “poste de police” clandestin au cœur de Chinatown, sur l’île de Manhattan. Ils ont aussi été inculpés pour destruction de preuves.

Selon le procureur de Brooklyn, les locaux, fermés par le FBI à l’automne 2022, occupaient “un étage entier” d’un “immeuble de bureaux anodin”. Ils offraient à la fois des services administratifs à la communauté chinoise, comme des renouvellements de permis de conduire, mais les deux suspects auraient agi sur ordre de Pékin et de manière plus secrète pour surveiller et faire pression sur des opposants, selon la justice américaine.

“À une occasion au moins, un fonctionnaire de la police nationale chinoise a demandé à l’un des accusés, un citoyen américain, d’aider à localiser un militant pro-démocratie d’origine chinoise vivant en Californie”.

a décrit Breon Peace.

La présence de ce type d’antenne clandestine a été dénoncée dans d’autres pays occidentaux, comme le Canada, les Pays-Bas et la République tchèque, et nourrit les accusations d’espionnage contre Pékin, qui les dément.

Dans une enquête distincte, 34 “officiels du ministère de la Sécurité publique” chinois, âgés de 26 à 52 ans, et qui résideraient tous dans leur pays, sont désormais visés par des inculpations pour des activités de cyber-harcèlement d’activistes pro-démocratie et de “dissidents” en dehors des frontières chinoises, “notamment ici même à New York”, a annoncé le procureur de Brooklyn.

Désignée par les autorités américaines comme le groupe “912”, cette “équipe d’élite de la police” chinoise dispose “d’une ferme à trolls sur Internet, créant des milliers de faux comptes en ligne qu’elle utilise pour harceler, dénigrer et menacer les dissidents et les activistes dans le monde entier”, a décrit Breon Peace.

Enfin, six autres agents du ministère de la Sécurité publique et “deux membres de l’administration chinoise du cyberespace” ont été inculpés dans une affaire mise au jour en 2020, dans laquelle un employé chinois de l’entreprise Zoom agissait pour perturber des réunions en ligne d’activistes, notamment pour commémorer les manifestations réprimées dans le sang sur la place Tiananmen en 1989.

Dans ce dossier, la justice américaine a délivré un nouvel acte d’inculpation indiquant que l’employé, Julien Jin, “travaillait directement sous les ordres” des autorités chinoises, pour identifier les militants qui participaient à ces réunions.

Ces derniers mois, les relations sur le sujet entre les États-Unis et son grand rival se sont encore tendues avec la destruction en février d’un ballon chinois survolant le ciel américain et considéré comme espion par Washington.

Les États-Unis menacent aussi de fermer l’application TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance et très populaire auprès des jeunes américains, mais accusée de permettre à Pékin d’espionner et manipuler ses utilisateurs.

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

As its name suggests, Panorama papers is a general information site which covers most of the world’s news in broad terms. We also have a YouTube channel where you will find great interviews and other current videos. Panorama papers is a PANORAMA GROUP LLC product. We work with our own means (without sponsors), to provide you with free and credible information.

US CONTACT

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, United States of America;
  2. Email:  info@panoramapapers.com
  3. Tel.: +17707561762, +17035012817 
  4. Africa Office BP. 35435 Yaoundé-Bastos, Cameroon (+237) 699460010

SILICON VALLEY 237 APPELEZ VITE

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x