Accueil PolitiqueAfrique Mali | Minusma: La mission de l’Onu engage sous tension une nouvelle phase de son retrait

Mali | Minusma: La mission de l’Onu engage sous tension une nouvelle phase de son retrait

« La Minusma a entamé le processus de retrait de ses camps dans la région de Kidal, en commençant par Tessalit et Aguelhok », a précisé la force onusienne.

Par panorama papers
0 commentaire 8,8K vues

Par Sandra Embollo

La mission de l’Onu au Mali (Minusma) a annoncé avoir commencé lundi 16 octobre à se retirer de deux de ses camps dans la région de Kidal, entamant une nouvelle phase de son retrait forcé qui fait craindre une intensification des combats dans le nord du pays.

La Minusma, qui prévoyait de quitter ses camps à partir de la mi-octobre, a engagé ce désengagement sans attendre alors que la région est le théâtre d’une escalade militaire pour le contrôle du territoire. « Dans un climat de haute tension, la Minusma a entamé le processus de retrait de ses camps dans la région de Kidal, en commençant par Tessalit et Aguelhok », a précisé la force dans un communiqué publié lundi après-midi.

Dans la matinée, l’armée malienne, anticipant le décrochage de la Minusma, avait fait atterrir à Tessalit deux avions, qui ont essuyé à l’atterrissage des tirs attribués aux rebelles séparatistes, ont indiqué deux responsables aéroportuaires. Les appareils transportaient des soldats maliens et des membres de la société paramilitaire russe Wagner, ont-ils souligné.

Le camp de la Minusma, occupé surtout par des Tchadiens, est situé à proximité de l’aéroport. L’armée malienne a mentionné sur les réseaux sociaux qu’un seul avion avait été visé mais qu’il avait pu se poser et repartir sans difficulté après que l’aviation eut « neutralisé » les positions ennemies.

Quitter le pays d’ici au 31 décembre

La Minusma a cité les accrochages de la matinée comme illustrant « la détérioration rapide des conditions de sécurité pour la vie de centaines de soldats de la paix ». Elle a précisé tout faire pour achever son retrait, « dès que possible, y compris, si nécessaire, en accélérant son retrait du camp de Kidal, prévu à l’origine pour la mi-novembre ».

Les colonels arrivés au pouvoir au Mali par la force en 2020 ont réclamé en juin, après des mois de dégradation des relations, le départ de la Minusma déployée depuis 2013 dans ce pays en proie au djihadisme et à une profonde crise multidimensionnelle. La Minusma doit quitter le pays d’ici au 31 décembre et le départ de ses camps a exacerbé les rivalités pour le contrôle du nord du pays. Les groupes séparatistes à dominante touareg ont repris les hostilités contre l’Etat central et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaida a multiplié les attaques contre les positions militaires. La Minusma a transféré depuis août quatre camps aux autorités maliennes. Elle avait avancé l’évacuation de l’un d’eux, celui de Ber, en raison de la montée des tensions. Mais l’évacuation des camps onusiens de la région de Kidal et celui de Kidal même, ville bastion des séparatistes, s’annonce comme la plus inflammable.

Les séparatistes s’opposent à ce que la Minusma remette les camps aux autorités maliennes, ce qui va à l’encontre selon eux des accords passés en 2014 et 2015 quand, après s’être soulevés en 2012, ils avaient accepté de cesser le feu et de faire la paix.

Kidal, un enjeu majeur

La junte a fait du rétablissement de la souveraineté nationale sur tout le territoire son mantra. Elle invoque les textes sur les opérations de maintien de la paix pour dire que la Minusma doit transférer ses camps à l’Etat, ce qu’elle a fait jusqu’alors.

Kidal en particulier, contrôlée par la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), alliance de groupes armés à dominante touareg, est un enjeu majeur et son insoumission un vieux motif d’irritation à Bamako. Un important convoi de l’armée est parti le 2 octobre de Gao en direction de Kidal. Le GSIM, lui, profite des circonstances pour affermir son emprise et poursuivre le combat contre l’Etat et toute présence étrangère. La Minusma mène ces opérations d’envergure dans un contexte dangereux et compliqué. Elle est critiquée aussi bien par la CMA que par la junte comme faisant le jeu de l’adversaire.

L’ONU avait prévenu samedi que la reprise des hostilités mais aussi les difficultés causées par la junte, comme le blocage de convois logistiques devant partir de Gao pour participer au retrait des camps du nord du pays, risquaient de remettre en question le calendrier de départ des Casques bleus. La junte a résolument écarté une telle éventualité.

La Minusma s’est aussi heurtée à la non-délivrance d’autorisations de vol pour ses appareils. Elle a indiqué lundi qu’elle allait détruire ou mettre hors service des équipements « sensibles » qui ne peuvent pas être évacués à cause du blocage de ses convois. En revanche, l’armée malienne a autorisé le vol d’appareils devant évacuer le contingent tchadien du 16 au 24 octobre, montre un document confidentiel consulté par l’AFP.

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

As its name suggests, Panorama papers is a general information site which covers most of the world’s news in broad terms. We also have a YouTube channel where you will find great interviews and other current videos. Panorama papers is a PANORAMA GROUP LLC product. We work with our own means (without sponsors), to provide you with free and credible information.

US CONTACT

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, United States of America;
  2. Email:  info@panoramapapers.com
  3. Tel.: +17707561762, +17035012817 
  4. Africa Office BP. 35435 Yaoundé-Bastos, Cameroon (+237) 699460010

SILICON VALLEY 237 APPELEZ VITE

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x
Verified by MonsterInsights