Accueil PolitiqueAfrique Cameroun > Assassinat de Martinez Zogo: Voici pourquoi l’enquête est dans l’impasse

Cameroun > Assassinat de Martinez Zogo: Voici pourquoi l’enquête est dans l’impasse

L'implication de certains services de sécurité de l'État à l'origine de l'opacité entretenue autour de ce crime odieux.

Par panorama papers
0 commentaire 7,6K vues
Paul Biya

Par René Mbarga

Si l’on s’en tient à plusieurs indicateurs, aucune enquête ne semble avoir été ouverte, une semaine après la découverte de la dépouille de Martinez Zogo sur un terrain vague à Ebogo 3, à une quinzaine de kilomètres de Yaoundé. “L’implication de la direction de la sécurité présidentielle (Dsp), dont l’un des éléments serait membre du commando ayant donné la mort au journaliste, rend encore plus difficile, voire impossible, toute enquête”, renseigne un expert des problématiques sécuritaires.
Selon cet interlocuteur de Panorama Papers, des précédents, tel que le cas de Mgr Benoît Balla, sont là pour mieux édifier. Six ans environ après le repêchage du corps de ce prélat des flots de la Sanaga, les conclusions des enquêtes ouvertes à cet effet restent attendues. Dans l’affaire Martinez Zogo, les autorités judiciaires ont été mises à contribution pour jouer la montre. La convocation à la gendarmerie des acteurs périphériques, tels que les sept chefs de la Lekié ou encore celle de l’enseignant den journalisme Xavier Messè à Tiati, procéderaient donc d’une stratégie savamment orchestrée, pour intimider ici et là.
S’il s’agissait d’une simple affaire d’assassinat, des mesures conservatoires telles que la protection du site, par le truchement d’un cordon de sécurité voire la surveillance des lieux par les forces de l’ordre, seraient déjà effectives. Bien plus, jusqu’à ce jour, excepté un substitut, le procureur de la république près les tribunaux de grande instance de la Mefou et Afamba, compétent pour les affaires d’assassinat, s’y serait déjà rendu à maintes reprises avec de hauts responsables de la police ou de la gendarmerie, pour coordonner l’enquête.

Violation du secret-défense…

Dans les 46 milliards de Fcfa attribués à Amougou Belinga, le patron du groupe l’Anecdote via les lignes budgétaires 94, 65 et 57, figurent de nombreux marchés spéciaux émanant de la Direction de la sécurité présidentielle (Dsp). Au cours de la dernière édition de l’émission «Embouteillage», Martinez Zogo attirait, justement, l’attention du propriétaire de Telesud sur la non-reconnaissance, par la Dsp, de plusieurs marchés spéciaux à lui attribués. Pour Shance Lion, célèbre lanceur d’alerte très introduit dans les services du contre-espionnage camerounais, l’ancien chef de la chaîne Amplitude FM s’est rendu coupable du crime de violation du secret-défense.

Un assassinat prémédité…

À la veille de son rapt, Martinez Zogo s’était rendu chez le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguelé, pour solliciter sa protection. Malheureusement, il n’avait pas été reçu. Le patron de la police était-il au courant de ce qui se tramait ? Après qu’ils eurent refusé de voler à son secours, malgré ses cris de détresse, pourquoi les éléments de la brigade de gendarmerie de Nkolkondi ont-ils préféré cacher la Toyota Yaris de Martinez Zogo, plutôt que de donner l’alerte ?

Quid du général Ivo ?

Considéré comme le gilet pare-balles du président Biya, une relation exceptionnelle existe entre le chef de l’exécutif camerounais et son sécurocrate en chef, le général Ivo Desancio Yenwo, depuis la tentative avortée de coup d’État du 6 avril 1984. Ledit coup de force fut déjoué en grande partie grâce à ce natif de Nkarr, une contrée du Nord-Ouest anglophone, qui avait accompagné Paul Biya dans le bunker de la présidence et s’était personnellement installé à son entrée. Ces dernières années, des indiscrétions font savoir que toutes les tentatives de reprise en main de la sécurité du locataire d’Étoudi, par son clan fang-béti, ont fait choux blanc. La nomination de l’ancien colonel Donatien Melingui Nouma au poste de directeur en second de la Dsp et son limogeage spectaculaire, sur recommandation de Ivo Desancio Yenwo, traduit merveilleusement la confiance indéfectible entre les deux hommes.
Il va donc sans dire qu’en essayant de faire la lumière sur les manœuvres frauduleuses utilisées par le clan d’Amougou Belinga, dans les marchés abusivement octroyés, le défunt journaliste se mettait automatiquement à dos le sécurocrate en chef du Palais de l’unité. Pour Rémy Ngono, la seule présence d’un élément de la Dsp dans le commando est de nature à stopper l’enquête ou de l’entraver durablement. Sinon, quel procureur de la république oserait-il se mettre sur le chemin de ce proche collaborateur du chef de l’État du Cameroun ?

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, États-Unis d’Amerique;
  2. E-mail: info@panoramapapers.com
  3. Tél.: +17707561762, +17035012817 
  4. Bureau AfriqueBP. 35144 Rue ambassade du Royaume de Belgique, Yaoundé-Bastos, Cameroun (+237) 699460010

Revue de presse du 26 02 2024

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x