Accueil Opinion Cameroun > Crimes de sang: Danger sur la République

Cameroun > Crimes de sang: Danger sur la République

Le sol camerounais boit chaque jour un peu plus le sang de ses fils. Ce sacrilège qui se banalise interroge les intentions des uns et des autres acteurs au moment où on perçoit le virage politique crucial que le pays s’apprête à négocier.

Par panorama papers
0 commentaire 7,4K vues

Par Léopold DASSI NDJIDJOU

Jusqu’où et jusqu’à quand les meurtres de sang-froid continueront-ils d’occuper le devant de la scène ? Il ne se passe plus un seul jour sans que la presse relaie des scènes de crimes crapuleux survenus sur le territoire national.

C’est une donne inédite qui va en s’amplifiant depuis l’immonde et sauvage assassinat du journaliste Martinez Zogo le 17 janvier 2023. Un peu comme une sorte de trou d’air à tous les entrepreneurs de la violence, les assassins en herbe qui se découvrent ! En face, la justice piétine ou s’embourbe en mondovision dans sa responsabilité de faire toute la lumière sur les circonstances toujours non élucidées de son martyr et de sanctionner pénalement à sa juste valeur l’implication des différents acteurs dans cette affaire, un réel cauchemar national. Trois mois plus tard presque, l’onde de choc national n’est pas toujours tombée, l’opinion éplorée et confuse ne sachant plus vers qui se tourner. Le sang de ce citoyen, indépendamment de son rôle social, alors que ses restes sont toujours à la morgue, doit certainement crier très fort pour demander la justice, pour exiger que ses bourreaux soient jugés, condamnés selon toutes les rigueurs de la loi. On en était là qu’il y a quelques jours, une autre scène plus macabre encore a déflagré du côté de Nanga Eboko.

Une famille entière de 6 personnes, était égorgée comme du bétail avec une brutalité inouïe, mutilées de manière choquante à décrire. Voici donc que la conscience nationale replonge dans la psychose au moment où des suspects se succèdent les uns les autres, sans qu’on ne puisse établir avec exactitude qui dans cette petite localité naguère si paisible, est venu avec l’esprit de Belzébuth pour renverser aussi crânement l’échelle des valeurs ! A Bonabéri, un homme a tenu à montrer que le mal gagne le pays, en assassinant froidement une dame qui résistait à ses avances.

De Bafoussam, on apprend qu’une femme a accouché son bébé et l’a bonnement jeté dans les Wc, imperturbable ! Ces clichés, peu ou prou, sont des sortes d’échantillon de l’état psychologique de la Nation, déjà fortement traumatisée par les crises sécuritaires dans les régions du Nord-Ouest, Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord. La confiance qui sied avec le vivre ensemble est en train de fondre comme beurre au soleil, plongeant la communauté nationale dans une méfiance sans fond des uns contre les autres. Ce n’est pas bon dans une Nation.
L’ogre engraisse
Visiblement, tout se passe exactement comme si une intelligence maléfique derrière la scène est à l’œuvre pour souiller davantage de sang innocent la conscience nationale qui attend en vain des comptes. L’opinion surchauffée à blanc, confuse dans les supputations aussi invraisemblables les unes que les autres, craint le pire. Il suffirait par exemple que quelques esprits habiles y pompent une dose de soufre politicienne, communautariste, pour que tout dérape. La psychose se muant ainsi en haine d’un coupable désigné. C’est pourquoi dans cet élan de consternation nationale, l’Etat est plus que jamais appelé à tirer avec diligence la lumière sur les affaires pendantes. Ceci viderait le pu de cette gangrène qui devient nationale et cautériserait au plus vite ce mal. Dieu merci que pour l’instant, les justificatifs de ces crimes convainquent peu ou prou l’opinion, mais qu’en serait-il si une force malsaine mettraient les pièces du pulse en place pour une déflagration sociale ? Personne ne doit l’oublier, la situation se complexifie avec la proximité des foyers de violence dans la crise anglophone ou dans l’Extrême-Nord avec Boko Haram. Pour apaiser le sang des innocents qui crient justice comme ce fut le cas d’Abel contre Caïn dans la Bible, le souverain de la République prendra sans aucun doute son manteau de sacrificateur pour expier de notre Maison commune, des ogres assoiffées de sang, ceux qui effusent gratuitement du sang innocent. Cela presse car l’ogre engraisse !

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

As its name suggests, Panorama papers is a general information site which covers most of the world’s news in broad terms. We also have a YouTube channel where you will find great interviews and other current videos. Panorama papers is a PANORAMA GROUP LLC product. We work with our own means (without sponsors), to provide you with free and credible information.

US CONTACT

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, United States of America;
  2. Email:  info@panoramapapers.com
  3. Tel.: +17707561762, +17035012817 
  4. Africa Office BP. 35435 Yaoundé-Bastos, Cameroon (+237) 699460010

SILICON VALLEY 237 APPELEZ VITE

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x