Accueil Infos Continu Cameroun | Sérail: Dans la matrice d’une trinité ad vitam æternam

Cameroun | Sérail: Dans la matrice d’une trinité ad vitam æternam

Les présidents des deux chambres du parlement camerounais ont été reconduits au perchoir après une longue et inédite attente de 17 jours. Cette situation présage déjà de la candidature de Paul Biya à la présidentielle d’octobre 2025.

Par panorama papers
0 commentaire 343 vues
After attending the very successful 15th Summit of the Francophonie in Dakar Senegal, the Head of State His Excellency Paul BIYA with Niat Marcel Njifenji and Cavaye Yeguie Djibril.

Par Léopold DASSI NDJIDJOU

Paul Biya est définitivement l’architecte d’une matrice politique qui a tenu pendant des décades et tiendra peut-être encore le Cameroun pour longtemps. Dans cet univers où il est l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin, il va sans dire qu’il est déjà entré dans l’esprit de ses concitoyens quarantenaires comme un immortel, celui qui est toujours là, qui gagne toujours contre vents et marées, envers et contre tous les pronostics les plus sinistres et sombres. Ce Paul Biya-là, revêt assurément les oripeaux des dieux éternels !

Ce n’est pas Luc Sindjoun, son conseiller spécial, celui qui murmure à son oreille qui le démentira. « Paul Biya est un homme du passé, du présent et de l’avenir », clamait-il lors de la dernière campagne présidentielle de 2018, soulevant un véritable tollé même dans son camp, ceux-là qui n’y comprenaient que dalle, percevant à tort une volonté hâtive du professeur de sciences politiques de ranger la figure du vieux et distingué camarade président dans les musées. Il avait été très mal compris par ses contempteurs et les faits lui donnent mille fois raison aujourd’hui. L’homme du 6 novembre 1982 est effectivement entré dans l’histoire mais combien tient-il encore le quotidien des Camerounais et leur avenir ! Comme il se dessine, il s’apprête à renouveler son bail l’année prochaine à la tête de l’Etat. C’est un signal fort allant dans ce sens qu’il ait reconduit Niat et Cavaye aux perchoirs des deux Chambres du Parlement.

L’architecte en chef aura 92 ans bien sonnés quand il se lancera dans la course de fond pour conquérir un nouveau mandat de 7 ans bien comptés. A la fin, il aura donc 99 ans ! Une défiance des lois humaines, un bouleversement des logiques empiriques qui lui ouvre grandement les portes de l’Olympe à celui qui, quoique vivant, est déjà dans la passé et l’avenir comme le sont les dieux. Dans sa nature des créatures éthérées, il a engendré son « fils bien aimé », Marcel Niat Njifenji, comme Dieu le Père l’a fait avec son fils Jésus-Christ.

Le premier et seul président du Sénat camerounais depuis 2013 a commencé à boire la coupe, celle que lui a réservée son « père ». Il la boit avec passion, à l’exemple de Christ sur le chemin du Calvaire jusqu’à la croix à Golgotha. Tout le monde s’attendait à le voir abdiquer vendredi dernier, fragilisé qu’il est par la maladie. Que non ! Courageusement, fièrement, il a porté la croix de la maladie sur ses frêles épaules, est monté au perchoir pour faire la volonté de son « père » sans un seul rictus, ni une once d’amertume. C’est cela être « un » avec quelqu’un.

C’est cela faire la volonté de son « père » ! Âgé de 90 ans aujourd’hui, Marcel Niat Njifenji a commencé à faire ce qu’il voit son « père » faire. Il va se faire de plus en plus rare ; il va éviter l’œil des caméras et des journalistes ; il va être avare en paroles, se contentant de quelques bribes lors des sessions. C’est fait ! C’est clair que désormais, ceux qui veulent voir le « père » vont passer par Niat ! Compris ainsi, il faut par ailleurs indiquer que sur le plan biologique, parce que les deux hommes sont de la même époque, ils sont les rares témoins oculaires de la longue marche du Cameroun vers sa destinée.

Dans ce duo, ils apprécient à coup sûr les avancées depuis les années 1960 et contemplent déjà du haut de leur sagesse la dimension du chemin à faire encore avec eux, et surtout en leur absence. Que de bruits infamants ou pas, sur la mort de l’un ou de l’autre ! Mais précisément, le fils a le devoir de mourir à la tâche pour sauver le pays des mains inexpertes, pour annihiler les forces de ceux qui veulent servir le Cameroun sans l’accord, la bénédiction ou l’adoubement du « père » !

A la masse de tous ceux qui critiquent le « père », qui disent de lui toutes sortes de méchancetés avérées ou pas, il est bien évident que le président du Sénat veillera au temps opportun à leur servir dans la même coupe de critiques, leur disqualification pour la course vers Etoudi. Et pour mieux resserrer les liens, le dernier de la trinité, Cavaye Yeguié Djibril a été reconduit au perchoir, lui qui est en poste depuis 1992.

Pour dire toute la bonne volonté de se soumettre au « père » corps et âme, il a lancé du haut de la chaire une fois élu : « je n’ai jamais trahi ! Je ne trahirai jamais ! » Peut-on être plus claire ? Ce que Paul Biya veut, c’est ce que Cavaye fait ! C’est ainsi que le message est perçu en toute simplicité. Lui aussi, c’est un éternel ! Il est entré dans l’histoire comme Paul Biya, Marcel Niat Njifenji, et ne joue plus seulement le rôle de veiller à la bonne marche de l’Assemblée nationale dans ses missions classiques.

Désormais, dans sa mission liée aux deux premiers, il joue le rôle de l’esprit. Il doit veiller que toutes les lois soumises et votées aient l’esprit de la matrice et servent à la consolider et de la perpétuer. Toutes les lois feront de ce fait la guerre à tout ce qui n’est pas dans la matrice et pour la matrice. Celui qui est plus jeune que « le père et le fils », âgé de 84 ans seulement, va en plus de ses attributions connues, veiller à ce que dans le septentrion camerounais, les âmes continuent de croire à l’homme du Renouveau, indépendamment de toutes les récriminations fondées ou pas.

Il va convertir le grand nombre par les lois nouvelles, à adhérer sans réserve à la conviction que ce qui ne sort pas de la matrice est de l’ivraie, condamnée pour toujours. Dans cet état des choses, l’opposition devra cravacher dur, très dur pour déconstruire la matrice politique qui s’enracine. A moins qu’une pierre venue de nulle part ne tombe sur les pieds du « géant », de la technostructure comme il avait été prophétisé par Daniel au sujet de la fin du royaume de Babylone. Là, c’est une autre vue de l’esprit ! La réalité est qu’au moment où le parti au pouvoir, le Rdpc, fête ce 24 mars son 39ème anniversaire, les prophéties et les oracles vont fuser pour dire toute la splendeur de la matrice dont la trinité ad vitam aeternam est le pilier central.

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

As its name suggests, Panorama papers is a general information site which covers most of the world’s news in broad terms. We also have a YouTube channel where you will find great interviews and other current videos. Panorama papers is a PANORAMA GROUP LLC product. We work with our own means (without sponsors), to provide you with free and credible information.

US CONTACT

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, United States of America;
  2. Email:  info@panoramapapers.com
  3. Tel.: +17707561762, +17035012817 
  4. Africa Office BP. 35435 Yaoundé-Bastos, Cameroon (+237) 699460010

SILICON VALLEY 237 APPELEZ VITE

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x