Accueil PolitiqueAfrique Sénégal | Présidentielle 2024: 16 candidats et le collectif Aar Sunu Election rejettent le dialogue proposé par Macky Sall

Sénégal | Présidentielle 2024: 16 candidats et le collectif Aar Sunu Election rejettent le dialogue proposé par Macky Sall

Au Sénégal, 16 des 19 candidats à la présidentielle ont refusé un dialogue proposé par le chef de l’État, un peu plus d’une semaine après l’annulation du report de ce scrutin. Report annoncé le 3 février par Macky Sall puis voté par des députés le 5 février. Dans un communiqué distinct, le collectif citoyen Aar Sunu Election dénonce une « tentative de diversion à travers l’invitation à un dialogue inapproprié ». Dans une interview accordée à plusieurs médias sénégalais ce 22 février, le président sortant a indiqué qu’il quitterait ses fonctions le 2 avril prochain, au terme de son deuxième mandat, mais n’a pas communiqué de nouvelle date pour l’élection initialement prévue ce 25 février.

Par panorama papers
0 commentaire 289 vues

Avec Rfi

Au Sénégal, 16 des 19 candidats retenus pour la course à la présidentielle ont rejeté, ce 23 février 2024, le dialogue proposé par Macky Sall, au lendemain d’une interview durant laquelle le chef de l’État n’a pas fixé de nouvelle date pour ce scrutin initialement prévu le 25 février. « Nous nous opposons à tout dialogue sur cette question, nous exigeons une présidentielle avant le 2 avril », date de la fin du mandat du président sortant, a dit devant la presse l’un de ces 16 candidats, Boubacar Camara.

« Le seul dialogue possible, c’est celui avec les candidats validés par le Conseil constitutionnel », affirme de son côté le candidat Mame Boye Diao. « Sinon, c’est aller vers une impasse », tant les points de vue sont divergents : présidentielle avant le 2 avril dans un cas, et reprise du processus électoral à zéro pour ceux qui avaient été recalés à l’étape du parrainage. Thierno Alassane Sall, le candidat du parti La République des valeurs, lui, promet de saisir le Conseil constitutionnel ce vendredi pour refus de fixer la date du scrutin.

Enfin, rejet aussi du côté d’un important mouvement citoyen. Dans un communiqué distinct, le collectif de la société civile Aar Sunu Election (« Protégeons notre élection ») dénonce en effet une « tentative de diversion à travers l’invitation à un dialogue inapproprié (qui) est inacceptable ». La « seule exigence du moment étant la fixation de la date de la présidentielle » avant le 2 avril comme l’a demandé le Conseil constitutionnel.

Des appels à manifester ont déjà été lancés pour exiger la tenue du scrutin avant cette date. Mais seront-ils entendus, après les quatre morts déjà recensées dans les contestations qui ont suivi l’annonce du report et alors que le pouvoir tente de jouer la carte de la décrispation ?

La veille, dans un entretien accordé à plusieurs médias sénégalais, Macky Sall s’était livré à un exercice de clarification, alors que le report in extremis de la présidentielle le 3 février dernier a plongé le pays dans une crise politique sans précédent. Au final, le président sortant a assuré vouloir quitter ses fonctions comme prévu le 2 avril, à l’issue de son deuxième mandat, mais il n’a pas annoncé la date de la présidentielle dont il avait décrété le report. Et les zones d’ombres restent donc nombreuses.

D’un côté, il y a eu cet exercice de communication très attendu par les Sénégalais, avec un Macky Sall souriant, installé au palais présidentiel, le drapeau du Sénégal et de l’Union africaine derrière lui et qui a répondu sur un ton rassurant aux journalistes.

Le président sortant s’est présenté comme un républicain attaché aux valeurs de la démocratie et de l’alternance démocratique. « Le 2 avril, c’est la fin de mon mandat, je compte donc quitter mes fonctions », a-t-il répété à plusieurs reprises.

Mais, sur le fond, les principales questions subsistent: quand aura lieu cette présidentielle qu’il a lui-même annulée ? Le chef de l’État s’est déchargé de cette responsabilité qui lui a pourtant été confiée par le Conseil constitutionnel le 15 février dernier: celle de fixer la date et de convoquer le corps électoral.

Ce sera à un dialogue national de le faire en deux jours avec, autour de la table, les candidats retenus et recalés par le Conseil constitutionnel, les partis politiques, les syndicats, la société civile et religieuse.

Idem pour l’autre question cruciale : celle de l’intérim à la tête du Sénégal si la présidentielle devait se tenir après le départ de Macky Sall, le 2 avril. La question d’une prolongation des fonctions du président après le terme de son mandat reste une possibilité aujourd’hui, via l’article 36 de la Constitution, que Macky Sall a cité à deux reprises. Il stipule que « le président de la République en exercice reste en fonctions jusqu’à l’installation de son successeur ».

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

As its name suggests, Panorama papers is a general information site which covers most of the world’s news in broad terms. We also have a YouTube channel where you will find great interviews and other current videos. Panorama papers is a PANORAMA GROUP LLC product. We work with our own means (without sponsors), to provide you with free and credible information.

US CONTACT

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, United States of America;
  2. Email:  info@panoramapapers.com
  3. Tel.: +17707561762, +17035012817 
  4. Africa Office BP. 35435 Yaoundé-Bastos, Cameroon (+237) 699460010

SILICON VALLEY 237 APPELEZ VITE

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x