Accueil EconomieAfrique SPÉCIAL An 40 – Cameroun > Institut national de la statistique: Les services au secours de la croissance économique

SPÉCIAL An 40 – Cameroun > Institut national de la statistique: Les services au secours de la croissance économique

D’après l’Institut national de la statistique (Ins), de tous les secteurs, le tertiaire s’est le mieux comporté au cours des 40 dernières années.

Par panorama
0 commentaire 227 vues

Par Léger Ntiga

Selon les résultats du deuxième recensement général des entreprises, réalisé par l’Institut national de la statistique (Ins) en 2020, l’immense majorité des entreprises en activité sur le territoire camerounais se constitue des entreprises de services (secteur tertiaire). Dans le détail, ces entreprises représentent 84,4% des 209 482 structures recensées dans le pays, selon l’Ins. 15,4% de ces entreprises évoluent dans le secondaire, majoritairement constitué d’unités informelles de fabrication et de transformation, souligne l’Ins. Le secteur primaire, qui emploie pourtant la grande partie de la main-d’œuvre active du pays est le parent pauvre de l’entrepreneuriat. En effet, l’Ins y recense seulement 0,2% des entreprises structurées.

Le deuxième recensement général des entreprises au Cameroun révèle par ailleurs la prépondérance de très petites entreprises (79,2%) dans le tissu productif. Viennent ensuite les petites entreprises (19,3%), les moyennes entreprises (1,3%), puis les grandes entreprises (0,2%). 57% de ces unités sont concentrées dans les villes de Yaoundé et Douala, les deux capitales du Cameroun. Sur la même lancée, les comptes nationaux trimestriels produits par l’Institut national de la statistique, quatrième trimestre de l’année 2021 a été «marqué par le maintien du rythme de l’activité économique, traduit par une croissance du Pib de 3,8% par rapport au même trimestre de 2020, après 4.0% le trimestre précédent».

Offre soutenue

Ce qui a été rendu possible grâce au une offre soutenue par les secteurs: primaires, secondaires et tertiaire, et une demande portée par la consommation finale. Dans le détail, au quatrième trimestre 2021, la contribution du secteur primaire a connu une croissance de 6,1% contre 5,1% au troisième trimestre. Et 2,7% au quatrième trimestre 2020. Cette bonne performance justifiée par «la bonne tenue des activités dans les branches dont les produits sont principalement destinés à l’exportation notamment la sylviculture et l’exploitation forestière (13,9% avec 0,5 point de contribution), ainsi que et l’agriculture d’exportation (8,2% avec 0,4 point de contribution). Ces résultats traduisent une reprise progressive des activités au niveau international après le ralentissement observé en 2020».

Ce qui a porté à 1,0 point la contribution de ce secteur au Pib du pays. Le secteur secondaire pour sa part affiche une performance faible de 1,5%, en deçà des 4,1% le trimestre précédent. Selon la note de l’Ins, cette performance résulte d’un recul observé dans les activités des industries extractives (-5,7%, pour une pour une contribution négative de 0,2 point à la croissance du Pib), et manufacturière (-0,2% pour une contribution nulle). Enfin le secteur tertiaire pour sa part affiche une progression de 4%, légèrement en hausse par rapport au 3,9% obtenu au trimestre précédent et au 1,9% à la même période en 2020. Pour une contribution de 2,1 points à la croissance du Pib lors du trimestre. «La performance du secteur est imputable aux efforts d’ensemble observés dans toutes ses sous-branches d’activités», renseigne l’Ins pour justifier cette hausse.

Le tertiaire au Cameroun est matérialisé par les services financiers (18,2% après 16,6%), les services d’information et communication (5,9% après 4,2%), le commerce et réparation (3,2%), les transports (3,1%), les services d’hébergement et de restauration (4,2%) et les services non marchands fournis par l’administration publique et privée: Santé et éducation (2,4%). Du côté de la demande: «la dynamique de l’activité économique est principalement portée par la consommation finale avec une contribution à la croissance de 5,3 points. Toutefois, cette performance est amoindrie par l’important accroissement des importations contribuant négativement de 4,1 points à la croissance, en dépit de l’amélioration des exportations (1,7 point).
Ainsi, l’évolution modérée du volume des exportations couplée à une hausse plus importante des importations contribue à détériorer davantage le déficit de la balance commerciale.

D’après L’Ins et d’autres économistes, cette tendance haussière de la qualité des services, est en évolution depuis 40 ans. Elle pourrait s’améliorer avec plus grande lutte contre la corruption.

à Lire Aussi

Laisser un Commentaire

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

Revue de presses du 29 11 2022

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie