Accueil PolitiqueAfrique Sénégal | La fraude par la manipulation du calendrier électoral

Sénégal | La fraude par la manipulation du calendrier électoral

Le Président Sénégalais Macky Sall a annoncé le 03 février 2024 à quelques heures du début de la campagne électorale le lendemain, le report de l’élection présidentielle initialement prévue le 25 février 2024.

Par panorama papers
0 commentaire 9,1K vues

Par Sandra Embollo

Le 05 février, les députés sénégalais ont acté ce glissement du calendrier électoral à travers le vote d’une loi qui proroge le mandat de l’actuel Chef de l’Etat jusqu’au 15 décembre 2024, nouvelle date arrêtée pour la tenue de la présidentielle.
Macky Sall dont le mandat devait arriver à terme le 02 avril, et qui a réitéré qu’il ne briguera pas un nouveau mandat présidentiel après en avoir effectué deux consécutivement, se voit donc ainsi offrir 10 mois supplémentaires à la tête du Sénégal.
Pour l’heure, la décision de reporter l’élection présidentielle au Sénégal exacerbe les tensions politiques dans le pays et entraîne de nombreuses inquiétudes et incertitudes.

Depuis, des opposants au report qui dénoncent « un coup d’Etat constitutionnel » orchestré par le régime en place, se mobilisent pour tenter de faire échec à la décision. Ils ont par ailleurs organisé des manifestations de protestation à cet effet et promettent de les poursuivre en dépit de la répression policière qui a déjà causé au moins trois morts parmi les manifestants.
Malgré le climat politique délétère qui prévalait dans le pays, occasionné notamment par la mise à l’écart de la candidature du principal opposant Ousmane Sonko, actuellement en prison et la dissolution de son parti politique, ou encore la disqualification de la candidature de Karim Wade, fils de l’ancien Président Abdoulaye Wade, le 20 décembre 2023 par le Conseil Constitutionnel et dont le report de la présidentielle devrait remettre en selle , les Sénégalais et les autres acteurs politiques étaient prêts à aller aux urnes le 25 février de manière plus ou moins pacifique.

La raison de l’existence d’un   différend entre l’Assemblée Nationale et le Conseil Constitutionnel qui avait validé 20 candidatures en rejetant des dizaines d’autres, évoquée par le Président Macky Sall pour justifier le report de la présidentielle, ne convainc pas tout le monde.

Il convient de relever que l’Assemblée Nationale a ouvert une enquête parlementaire pour soupçon de corruption, contre deux des sept juges de l’institution appelée à certifier légalement le moment venu les résultats de la présidentielle.
Cependant, on imaginait mal ces juges du Conseil Constitutionnel en dépit des accusations visant certains de ses membres, remettre en cause la volonté des électeurs exprimés dans les urnes, surtout si le scrutin se déroulait dans les règles de l’art.

En tout état de cause, le non-respect du calendrier électoral apparaît généralement comme une entorse à la démocratie concernant particulièrement le glissement de date. Car un élu l’est pour une période bien délimitée et doit à chaque fois s’il veut rester en fonction, retremper son mandat à la source à intervalle régulier, afin de continuer d’être légitime en plus d’être légalement institué.

C’est pourquoi vue sous cet angle, l’anticipation d’une élection ne saurait être un problème, mais une solution, parce qu’elle permet de redonner la parole au peuple souverain, souvent pour lui permettre de se prononcer à temps sur une question importante.

Au demeurant, ceux qui ont la charge de conduire le processus électoral connaissent généralement, même en cas de flou sur le calendrier électoral, à peu près la date de la prochaine consultation, une fois l’organisation d’une élection terminée, simplement sur la base de la durée du mandat des élus.

Mais pour éviter de faire un anti-jeu démocratique, le calendrier électoral doit être le plus précis possible et être connus de tous. Il doit en tout temps être respecté, sauf en cas de survenance d’événements qu’on ne pouvait prévoir et devant lesquels il est impossible de résister.
Ce n’est visiblement pas dans ce sillage que se situe le report de la présidentielle au Sénégal qui était pourtant présenté comme un exemple de démocratie en Afrique francophone.

Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

à Lire Aussi

About Us / QUI SOMMES NOUS

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes. Nous possedons également une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et d’autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC. Nous travaillons avec nos propres moyens (sans mécène), pour vous servir une information libre et crédible.

NOUS CONTACTER

  1. 13384 Marrywood Court, Milton, Georgia 30004, États-Unis d’Amerique;
  2. E-mail: info@panoramapapers.com
  3. Tél.: +17707561762, +17035012817 
  4. Bureau AfriqueBP. 35144 Rue ambassade du Royaume de Belgique, Yaoundé-Bastos, Cameroun (+237) 699460010

Revue de presse du 01 03 2024

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by Adama Fofere Namen

0
Cliquez pour commenterx
()
x